Aeshna isoceles

De WorldOdonata
(Redirigé depuis Anacieschna isoceles)

hit counter
> WorldOdonata > Epiprocta > Aeshnidae

Aeshna isoceles (Müller, 1767)

Anaciaeschna isoceles (Müller, 1767)

Simanax isoceles (Müller, 1767)

Aeschne isocèle - (en) Green-eyed Hawker
Libellula quadrifasciata var. ß Müller, 1764, Libellula isoceles Müller, 1767, Aeshna grandis Vander Linden, 1820 (nec Linnaeus, 1758), Aeschna chrysophthalmus Charpentier, 1825, Aeshna rufescens Vander Linden, 1825, Aeshna antehumeralis Schmidt, 1950.

Espèce non menacée - LC

Anaiso.png
©© bysa - Göran Liljeberg, Hallvard Elven - Naturhistorisk museum, Universitetet i Oslo - Lien Internet

Si Libellula quadrifasciata Müller, 1764 (partim) corresponds à Aeshna grandis, Libellula quadrifasciata var. ß Müller, 1764 est la première description d'Anaciaeschna isoceles. Ceci semble confirmé par Hagen (1840), Selys (1840a) mais les auteurs se réfèrent plus volontiers à Libellula isoceles Müller, 1767. En 1850, de Selys Longchamps utilise toujours de le nom d'Aeshna rufescens issu de Vander Linden (1825), son véritable nom sera attribué qu'ultérieurement. Il connaît toutefois la bonne Libellula quadrifasciata var. isoceles de Müller et Hagen (1840) avait déjà proposé le nom d'Aeschna isoceles ; Selys réfute cette option car le nom est pris à une variété (en fait à une espèce ou [?] une variété si on se base sur Müller, 1767). C'est Lucas [A préciser] qui révèle finalement le nom d'isoceles pour cette espèce (emend.).
De nombreux auteurs rangent cette espèce dans le genre Aeshna, sinon Anaciaeschna ; néanmoins il semble que le genre réel ne soit ni l'un ni l'autre si on se fie à Askew (2004). Dans la mesure où il ne s'agit pas d'une véritable Anaciaeschna, ni d'une Aeshna, nous avons proposé le genre Simanax (hic 2004) qui reste à forger : nous aurions donc Simanax isoceles (Müller, 1767).

  • Anaciaeschna isoceles isoceles (Müller, 1767)
  • Anaciaechna isoceles antehumeralis Schmidt, 1850

Danemark (Müller 1764).
Depuis l'Europe à l'Asie, jusqu'au Turkestan (Deliry 2017). En Danger en Grande Bretagne (Merrit & al. 1996). Eaux stagnantes de grande surface, riches en végétation, jusqu'à 1400 m d'altitude (Deliry 2017), mais généralement sous 1050 m (Deliry 2008). Elle est caractéristique des étangs naturels et marais (Deliry 2008). Dans le Midi de la France, elle est plus ubiquiste et peut s'observer sur les fossés ou dans les campagnes où elle est volontiers plus mobile (hic 2018). Vole dès la fin du mois de mars dans le Midi de la France, fin avril en Rhône-Alpes, dernier contact dans cette région le 16 août (Deliry 2008). Développement larvaire en deux ou trois ans (Deliry 2017). Sa période de vol est limitée entre mai et août dans le nord de la France (hic 2018).

Aesisoeu.png
©© byncsa - Cyrille Deliry - Histoires Naturelles

France - Essentiel de la France, Corse comprise. Manque en Normandie et en quelques endroits du sud-ouest. Quelques tendances méridionales.

Anaiso.jpg
©© bync - Jean-Claude Jamoulle - France, Alpes Maritimes le 14 mai 2014 - Monde des Insectes


Konigstedt D. 1980 - Zur Verbreitung der Keilflecklibelle (Anaciaeschna isoceles) in Mecklenburg (Odonata). - Faunistische Abhandlungen.