Coenagrion lunulatum

De WOW
Aller à la navigationAller à la recherche
Erreur lors de la création de la miniature : Fichier manquant

Erreur lors de la création de la miniature : Fichier manquant
Erreur lors de la création de la miniature : Fichier manquant

Libellul'mE - Demoiselles et Libellules du Monde entier

Avertissement - Accueil - Odonata - Zygoptera - Epiprocta - Genres - Espèces - Années - Pays - Thèmes
Espèces : A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


Coenagrion lunulatum (de Charpentier, 1840)

Agrion à lunules, Agrion lunulé [de Selys Longchamps 1850] - (en) Irish Damselfly
Agrion vernale Hagen, 1839 (nomen nudum), Agrion lunulatum de Charpentier, 1840

Erreur lors de la création de la miniature : Fichier manquant


©© bysa - Göran Liljeberg, Hallvard Elven - Naturhistorisk museum, Universitetet i Oslo - Lien Internet

Pologne, Silésie de préférence en montagne (de Charpentier 1840), Belgique (de Selys Longchamps 1843), Allemagne, Prusse, Autriche (de Selys Longchamps 1850).

Espèce eurosibérienne. Aires occidentales disjontes en France (Massif Central) et en Irlande. Depuis l’Europe centrale, la Scandinavie au nord-est de la Sibérie. Des citations du Japon – reprises de Belyschev 1973 – s’avèrent de toute évidence erronées. En Europe occidentale et centrale, les populations sont très fragmentées. Cette situation est regardée comme une répartition relictuelle d’une aire plus vaste alors occupée au début de l’Holocène (Sternberg 1999).
Europe centrale et septentrionale, Asie jusqu'en Sibérie. Irlande, Massif Central en France (Deliry 2017). Populations isolées dans le Caucase (Durand 2019). Nouvelle pour l'Iran (Schneider & al. 2018). Eaux stagnantes acides jusqu'à 1500 m d'altitude [2]. Vole de mai à juillet (Deliry 2017) [1]. Dans le cadre d'une étude de CMR en Auvergne la distance maximale de dispersion observée est de 4,4 km, seulement 3% des individus ont été retrouvés sur un autre site que celui où ils avaient été marqués (dispersants) contre 97% d'individus philopatriques (Seguin & Kreder 2016).

Cette espèce est souvent accompagnée en France de Coenagrion hastulatum, Enallagma cyathigerum ou Libellula quadrimaculata.

Erreur lors de la création de la miniature : Fichier manquant

France - VU 2016 - PNAO 2011-2015 - VU 2018 Auvergne, CR 2018 Occitanie, CR 2014 Rhône-Alpes

Massif Central en Ardèche (une localité qui est pérenne) et presque uniquement en Auvergne, ainsi que localement en Occitanie. Les recherches effectuées dans la Loire s’avèrent négatives. Une indication des années 1960 en Isère et des citations sans précisions du XIXe siècle en Savoie, sont au moins pour partie douteuses. Méconnue dans les années 2000, l’espèce avait été classée En Danger. Son statut a été revu depuis au niveau Vulnérable seulement.
La grande majorité des populations nationales se trouvent dans le Parc Naturel Régional des Volcans d'Auvergne (Seguin & Kreder 2016). Excessivement localisée. Massif Central. Mal connue en Rhône-Alpes où elle fut citée dans le Massif de Bonnevaux en Isère, elle est à préserver, considérée disparue dès les années 2000, elle a finalement été découverte sur une station unique en Ardèche où l'espèce est pérenne.
Faune France – Restriction de publication totale (pas d’accès aux données détaillées).

Coelun.jpg
© Emmanuel Boitier - France, Puy de Dôme, Picherande le 15 juin 2006
Avec l’aimable et exceptionnelle autorisation de l’auteur


Belychev B.F. 1973 – Stekozy Sibiri. – [Odonates de Sibérie]. – Novosibirsk, Nauka Press, vol. 1 (part. 1, 2).
Cotton D.C. 1982 - Coenagrion lunulatum (Charpentier)(Odonata : Coenagrionidae) new to the British Isles. - Entomologist's gazette, 1982.
de Charpentier T. 1840 - Libellulinae europaeae. - Leopold Voss, Lipsiae.
de Selys Longchamps E. 1843 - Nouvelles additions aux Libellulidées de la Belgique de 1840 à 1843. - Bulletin Académie royale Belgique, Serie 1, 10 (8) : 149-162.
de Selys Longchamps E. 1850 - Revue des Odonates ou Libellules d'Europe. - Bruxelles, Paris.
Deliry C. 2017 - Odonata Europaea. - Histoires Naturelles n°49.
Dupont P. (coord.) 2010 – Plan national d’action en faveur des Odonates 2011-2015. – OPIE/SfO, Min. de l’Ecologie : 170 pp. – PDF LINK
Durand E. 2019 - Dragonfly species new or rare to the Odonata fauna of Georgia, Armenia and Azerbaijan. - J. of the Intern. Dragonfly Fund, 135.
Hagen H.A. 1839 - Verzeichniss der Libellen Ostpreussens. - Preuss. Provinc. Bl., 21 : 54-58.
Kreder M., Colleu M.A. & Pont L. 2015 - Amélioration des connaissances de l’Agrion à lunules Coenagrion lunulatum sur le territoire du Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne. - PNRVA. 49 + 16 pp. - PDF LINK
Leroy T. 2006 – Coenagrion lunulatum (Charpentier, 1825) en France : répartition, abondance, éléments d’écologie et de conservation (Odonata, Zygoptera, Coenagrionidae). – Martinia, 22 (4) : 151-166.
Mielewczyk S. 1973 - Bermerkungen über die synonymie von Coenagrion lunulatum (Charpentier, 1840) - C.vernale (Hagen, 1839, nomen nudum) (Zygoptera : Coenagrionidae). - Odonatologica, 3 (4) : 267-268.
Schneider T. & al. 2018 - Checklist of the dragonflies (Odonata) of Iran with new records and notes on distribution and taxonomy. - Zootaxa, 4394 (1) : 1-40.
Seguin C. & Kreder M. 2016 - Amélioration des connaissances de l’Agrion à lunules sur le territoire du Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne - Année 3 : Capacité de déplacement & Stratégie de préservation. - SMPNRVA : 45 pp.
Speight M.C. & Legrand J. 1984 - Coenagrion lunulatum (Odonata): Morphology of the female and notes on a second Irish colony. - The Irish Naturalists' Journal, 21 (6) : 237-242.


[1] - Vole de fin avril à mi juillet dans le Massif Central, l’altitude pouvant influencer la période locale de vol. Les adultes peuvent vivre 19 jours (Samu 1998). Le développement larvaire semble couvrir une année.
[2] - En Sibérie des habitats variés d’eau douce sont occupés, ainsi que des eaux saumâtres ; elle y est ubiquiste dans un climat fortement continental. En Europe occidentale elle est dans des habitats ensoleillés en eau acide, oligotrophe à mésotrophe (parfois dystrophe) sur fond argileux ou tourbeux. Elle occupe dans le Massif Central des plans d’eau de dimension variée caractérisés par une zone riveraine en pente douce : retenues collinaire avec zone marécageuse ou tourbeuse comme les sagnes, souvent à l’abri du vent avec présence favorable à proximité de prairies ou mégaphorbiaies. On envisage que le fonctionnement en métapopulations est favorisé (Leroy 2006). Les adultes ne semblent voler que dans des conditions particulières de température – plus de 25°C – et tout au plus par faible vent. Les adultes restent vers les gîtes larvaires en général.