Coenagrion puella

De WorldOdonata

hit counter
> WorldOdonata > Zygoptera > Coenagrionidae

Coenagrion puella (Linnaeus, 1758)

Agrion jouvencelle [Latreille, 1805]
Libellula puella Linnaeus, 1758 (partim), Libellula aereus Harris, 1780, Libellula lucifugus Harris, 1780, Libellula caerulea-maculata Retzius, 1783, Libellula adelais Geoffroy in de Fourcroy, 1785, Libellula dorothea Geoffroy in de Fourcroy, 1785, Libellula sophia Geoffroy in de Fourcroy, 1785, Agrion pupa Hansemann, 1823, Agrion furcatum de Charpentier, 1825, Puella irina Brullé, 1832, Agrion annulare Stephens, 1835 [2], Agrion ivanovi Belyshev, 1955, Coenagrion puella kocheri (Schmidt, 1960)

Espèce non menacée - LC 2009

Longtemps et souvent confondue, la première description correcte de cette espèce se trouve chez Vander Linden (1820, 1825) [1]. En effet la description initiale de Linneaus (1758) comprends plusieurs variétés, y compris des Libellules rouges, qui semblent couvrir l'essentiel des Zygoptères européens de l'époque (sauf les Calopteryx lisibles sous Libellula virgo). Nous pensions y trouver Ceriagrion tenellum néanmoins une analyse du contexte de l'époque penche plutôt pour Pyrrhosoma nymphula. Si la situation tends à s'éclaircir dans les années 1820, il faut attendre à notre avis Selys (1850) pour que cette affaire devienne vraiment claire (hic 2018, 2019).

  • Coenagrion puella puella (Linnaeus, 1758)
  • Coenagrion puella kocheri (Schmidt, 1960) - Afrique du Nord, menacée.

Suède (Linnaeus 1746).
Allemagne (Hansemann 1823), Italie (Vander Linden 1820), Belgique (Vander Linden 1825), Pologne (Silésie), Hongrie (de Charpentier 1825), Angleterre (Stephens 1835), Russie méridionale (Eversmann 1836), Laponie (Zetterstedt 1840). Très fréquente en Europe (de Charpentier 1840, Hagen 1840), semble commune dans toute l'Europe (Selys 1840a). France, Corse, Sardaigne, Sicile, Espagne (Rambur 1842). C'est selon Selys (1850), l'espèce la plus répandue en Europe ; il ajoute la Laponie, le Danemark, l'Ecosse, l'Irlande, les Pays Bas.

Afrique du Nord et Eurasie. En Europe, c'est une espèce abondante mais rare en Afrique du Nord. Eaux stagnantes ou lentes jusqu'à 1000, voire 2000 m d'altitude. Record en erratisme à 2386 m dans le Mercantour, France - Breton 2011 -. Vole d'avril à mi novembre ; depuis juin à fin juillet en Belgique, parfois jusqu'au 1er septembre - Selys 1840b -. Développement larvaire en une année (Deliry 2017, hic 2019).

France - Espèce la plus commune et la plus répandue dans le centre de la France. Se trouve aussi dans le Midi et la Corse (Rambur 1842). Commune aussi bien dan le nord que dans le Midi (Provence, Pyrénées notamment) (Selys 1850).

Coepue.jpg
©© byncsa - Cyrille Deliry - Histoires Naturelles

Coepue1.jpg
©© byncsa - Cyrille Deliry - Histoires Naturelles

Coepue2.jpg
©© byncsa - J.David, Bretagne Vivante - INPN


Deliry C. 1999 - Etude de trois agrionides de la région Rhône-Alpes-Dauphiné : Coenagrion puella, C. pulchellum, Enallagma cyathigerum. - Sympetrum.
Waringer J.A. & Humpesch U.H. 1984 - Embryonic development, larval growth and life cycle of Coenagrion puella (Odonata: Zygoptera) from an Austrian pond. - Freshwater Biology, 14 (4) : 385-399.


[1] - Rambur (1842) attribue cette espèce à Vander Linden, omettant de manière évidente et volontaire Linné, mais il n'explique pas son choix. Il dit simplement : "Cette espèce, qui paraît bien être la Puella de Vander Linden...".
[2] - Ce synonyme est attribué à Enallagma cyathigerum par Selys (1850). Il est toutefois ramené à Coenagrion puella par Kirby (1890), Davies & Tobin (1984) et Bridges (1994). Nous pensons aussi à une éventuelle confusion avec annulare de Leach (manuscrit) (hic 2018).