Leucorrhinia rubicunda

De WorldOdonata

hit counter
> WorldOdonata > Epiprocta > Libellulidae

Leucorrhinia rubicunda (Linnaeus, 1758)

Leucorrhine rubiconde
Libellula rubicunda Linnaeus, 1758 (partim), Libellula infuscata Eversmann, 1836 [1]

Leurub.png
©© bysa - Göran Liljeberg, Hallvard Elven - Naturhistorisk museum, Universitetet i Oslo - Lien Internet

Europe (Linnaeus 1758), un exemplaire ♂ dans la collection de Linné à Londres (Selys 1850).
Les mentions primitives de cette espèce ne nous semblent généralement pas fiables et semblent pour la plupart se référer à Leucorrhinia dubia, voire Leucorrhinia pectoralis. En conséquence nous n'en avons pas tenu compte. Les éléments les plus fiables sont conservés dans cette page. Russie (Eversmann 1836), Belgique (Selys 1840b). L'analyse géographique de Selys (1840a) ne peut pas être considérée, tant il y a de confusions avec les autres Leucorrhines. Il parle (1850) de groupe Libellula rubicunda qu'il s'attache alors à correctement spliter en Libellula albifrons, Libellula dubia, Libellula caudalis et Libellula pectoralis conservant le taxon d'origine et en limitant correctement la portée. L'ouvrage sur le genre Leucorrhinia semblera alors achevé à cette date de 1850 (Selys). Elle est indiquée en Suède, Laponie, Danemark, Allemagne, Pologne, Autriche, Norvège, Belgique, France, Russie (Selys 1850).

Disparue de France où l'espèce était déjà très rare et est désormais seulement erratique. On l'observe depuis la Belgique et la Suisse à la Scandinavie et la Russie. Généralement sur des tourbières acides de plaine ainsi que sur quelques autres milieux stagnants, parfois en altitude. Vole de mai à juillet, voire dès fin avril. Quelques cas de migration connus, notamment jusqu'en France (hic 2018, 2019).

France - Un individu de la collection Serville pris en France (Selys 1850). Disparue, cette espèce était très rare au XIXe siècle et n'est désormais qu'erratique (hic 2018, 2019).


[1] - Ce taxon est parfois regardé comme une forme.