Libellula depressa

De WorldOdonata

hit counter
> WorldOdonata > Epiprocta > Libellulidae

Libellula depressa Linnaeus, 1758

Platetrum depressum (Linnaeus, 1758)

Libellule déprimée [Olivier, 1792]

Pladep.png
©© bysa - Göran Liljeberg, Hallvard Elven - Naturhistorisk museum, Universitetet i Oslo - Lien Internet

Cette espèce est déjà rangée dans le genre Platetrum par Newman (1833) ou McLachlan (1870). On trouve encore Platetrum depressa.

  • Libellula depressa depressa (Linnaeus, 1758)
  • Libellula depressa taurica Beutler, 1964 - Crimée (d'Aguilar & Dommanget 1998).

Europe notamment (Linnaeus 1758), se trouve encore dans la collection de Linné à Londres (Selys 1850) ; Suède (Linnaeus 1761), France (Geoffroy 1762), Slovénie (Scopoli 1763), Danemark (Müller 1764), Suisse (Steiner 1775, Fuessly 1775), Italie (Rossi 1790), Belgique (Vander Linden 1825), Grèce (Brullé 1832), Angleterre (Stephens 1835), Russie (Eversmann 1836). Se trouve dans toute l'Europe (de Charpentier 1840, Hagen 1840). Ajouter les Pays Baltes, la Syrie (Hagen 1840). Elle manque en Laponie, ajouter l'Autriche, l'Espagne, la Sardaigne, l'Irlande et l'Ecosse (Selys 1850).

Espèce très commune, omniprésente en Europe moyenne à basse altitude, ouest de l'Asie (d'Aguilar & Dommanget 1998). L'optimum écologique de cette espèce concerne les étangs eutrophes avec des berges dénudées et de l'eau libre (Askew 1988). Espèce pionnière. Principalement eaux stagnantes de petite dimension nouvellement créées : mares, bassins de jardins, fossés, flaques de carrières de parfois 2 ou 3 m² seulement ; par ailleurs très régulièrement autour de la plupart des étangs et des lacs, ainsi que dans les cours d'eau lents, les bras morts, en plaine comme en montagne, jusqu'à 1500 m dans les régions chaudes. Les larves vivent soit sur les plantes immergées ou sur le fond, soit enfouies dans la vase (d'Aguilar & Dommanget 1998). La larve peut résister en milieu humide exondé (Williamson & Meurgey 2001). Les adultes et plus encore les immatures (période de maturation d'une quinzaine de jours) se déplacent beaucoup et peuvent être observés loin des gîtes larvaires (d'Aguilar & Dommanget 1998). Vole de fin avril à fin août (hic 2018) ; dès fin avril à fin juillet en Belgique où les ♂ commencent à être bleus vers le 10 juin mais dès le 25 mai en Italie (Selys 1840a, 1840b, 1850), de la fin avril à la mi août en Grande Bretagne, essentiellement en mai et juin (Lucas 1900). Capacités migratrices (hic 2018).

France - Paris (Geoffroy 1762), Alpes-Maritimes (Risso 1826), Durance (Boyer de Fonscolombe 1837). Découverte en Corse (Papazian 1987). En augmentation en Rhône-Alpes (Deliry & al. 2014).

Libdep.jpg
©© byncsa - Cyrille Deliry - France, Ain le 1er mai 2015 - Histoires Naturelles


Papazian 1987 - [A préciser].
Williamson & Meurgey 2001 - [A préciser].


Libdepst1.jpgLibdepst2.jpgLibdepst.jpg
Allemagne (1991) - Bulgarie (1993)