Différences entre les pages « Discussion:Calopteryx splendens » et « 1932 »

De World Odonata Web

(Différence entre les pages)

m ({{ILL}})
 
m
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
{{Calopterygidae}}<br>
+
{{Accueil}}
  
{{AD}}
+
== Libellules décrites en 1932 ==
 +
{{Travaux}}{{AP}}
 +
<strike>''[[Coeliccia loringae]]'' Laidlaw, 1932</strike>
  
== ''[[Calopteryx]] splendens'' (Harris, 1780) ==
+
== Références 1932 ==
Caloptéryx éclatant [{{Selys}}, 1850], Caloptéryx Louise [{{Selys}}, 1840], Louise, Bellailes splendide [hic 2004]<br>
+
'''Navás L. 1932''' - Névroptères et insectes voisins. Chine et pays environnants. Troisieme serie. - Notes Entomologie Chinoise, 8 : 1-11.<br>
ill. - Moffet (1634) p. 68, Schaeffers, 1766, 1779<br>
 
syn. [3] - ''Libellula virgo'' Linnaeus, 1758 (partim), ''Libellula splendens'' Harris, 1780, ''Libellula ludovicea'' Geoffroy ''in'' de Fourcroy, 1785, ''Agrio cellaris'' {{Selys}}, 1831, ''Agrio virescens'' {{Selys}}, 1831, ''Calopteryx parthenias'' Burmeister, 1839 [Sous le genre erroné ''Agrion'' chez {{Ham}}{{H}}], ''Calopteryx splendens ancilla var. fortuita'' Walker, 1853 (= ''faivrei''), ''Calopteryx splendens tuempeli'' Scholtz, 1908, ''Calopteryx intermedia persica'' Bartenev, 1912, ''Calopteryx splendens cecilia'' Bartenev, 1912 [Caloptéryx d'Asie centrale - hic 2006], ''Calopteryx splendens faivrei'' Lacroix, 1915, ''Calopteryx shachrudica'' Bartenev, 1916, ''Agrion splendens erevanse'' Akramowski, 1948 [Caloptéryx d'Arménie - hic 2006], ''Calopteryx splendens ciscaucassica'' Bartenev, 1955, ''Calopteryx splendens cartvelica'' Bartenev, 1930 [Calopteryx de Georgie - hic 2006], ''Calopteryx splendens pseudosyriaca'' Buchholz, 1955, ''Calopteryx splendens johanseni'' Belyshev, 1955 [4]
 
 
 
{{P|Calspl6.png}}
 
{{Oslo}} - subsp. Type
 
 
 
{{P|Calspl5.jpg}}
 
© Cyrille Deliry - {{ma}} de coloration alaire ''splendens'' - Vallée du Drugeon, Doubs (France) le 14 juin 2004.
 
 
 
=== Systématique ===
 
Selon Hämäläinen (2008), la première édition de l'ouvrage d'Harris a été publiée par étapes de 1776 à (probablement) 1780 et le fascicule traitant de ''Calopteryx splendens'' l'a été en 1780 [2]. Nous avons quant à nous pu consulter l'édition des travaux de Harris de 1776 et confirmons qu'elle ne comprends pas de Libellules (hic 2018).
 
 
 
=== Variations ===
 
Très polymorphe on distingue avec plus ou moins de bonheur un grand nombre de sous-espèces chez ce taxon. On trouve ''ancilla'' dans l'est de l'Europe et l'ouest de l'Asie, ''cretensis'' sur l'île de Crète qui sont parmi les mieux typées. [1]
 
 
 
Sous-espèces selon {{Ham}} (2016) :
 
* ''Calopteryx splendens splendens'' (Harris, 1780) - Grand Bretagne, Irlande, îles voisines, Europe occidentale (sauf la Péninsule ibérique) jusqu'à l'ouest de la Pologne, en Slovaquie et en Hongrie, ainsi que dans le sud de la Scandinavie. - La coloration alaire des {{ma}} est clairement hyaline à l'apex (plus de 4 mm) et ce jusqu'au niveau du nodus ou au-delà. Les {{fe}} sont rarement homéochromes et montrent sur le ventre abdominal deux spots jaune de petite taille et peu visibles sur la plaque située en arrière.
 
* ''Calopteryx splendens amasina'' Bartenev, 1912 - Caloptéryx de la Mer Noire [hic 2006] - Nord de la Turquie, sud des Balkans.
 
* ''Calopteryx splendens ancilla'' Hagen ''in'' {{Selys}}, 1853 - Caloptéryx prussien [5], Caloptéryx est-européen [hic 2006] - Ce taxon pourrait être une bonne espèce et nous pensons y associer ''balcanica'' et ''intermedia''. Europe orientale jusqu'en Allemagne et en Autriche, deux pays où ce taxon est localisé, jusqu'au sud de la Finlande, manque en Grèce, Anatolie et Caucase. Peut-être dans le sud de l'Italie. - La coloration alaire des {{ma}} est faiblement hyaline jusqu'à l'apex (à-4 mm), jusqu'à proximité ou au delà du nodus. Les {{fe}} sont assez fréquemment homéochromes.
 
* ''Calopteryx splendens balcanica'' Fudakowski, 1930 [6] - Caloptéryx des Balkans [hic 2006] - Ouest des Balkans. - Les ailes des {{ma}} sont colorées depuis l'apex (parfois hyalines jusqu'à 2-3 mm) jusqu'au niveau ou au delà du nordus. Le {{fe}} sont fréquemment homéochromes. Possible association avec ''ancilla''.
 
* ''Calopteryx splendens caprai'' Conci ''in'' Conci & Nielsen, 1956 - Caloptéryx de Capra [hic 2006] - Italie, France en Corse ainsi que très probablement dans les bassins du Rhône et de la Loire. - La coloration alaire des {{ma}} est faiblement hyaline à l'apex (0-4 mm) jusqu'à proximité du nodus et montrant une pointe colorée en direction de la base et dépassant le nodus. Les {{fe}} sont parfois homéochromes et montrent sur le ventre abdominal deux spots jaunes bien nets sur la plaque située en arrière.
 
* <strike>''[[Calopteryx cretensis|Calopteryx splendens cretensis]]'' Pongracz, 1911</strike> [6]
 
* ''Calopteryx splendens intermedia'' {{Selys}}, 1887 - Caloptéryx d'Asie Mineure [hic 2006] - Les ailes des {{ma}} est colorée depuis l'apex jusque généralement bien au-delà du nordus. La présence de {{fe}} homéochromes est fréquente dans certaines populations. Pourrait être associée avec ''ancilla''.
 
* <strike>''Calopteryx splendens johanseni'' Belyshev, 1955</strike> [4]
 
* ''Calopteryx splendens mingrelica'' {{Selys}}, 1869 [6] - Caloptéryx sombre [hic 2006] - Ce taxon présente des affinités avec ''[[Calopteryx xanthostoma]]''.
 
* ''Calopteryx splendens njuja'' Kosterin & Sivtseva, 2009
 
* ''Calopteryx splendens taurica'' {{Selys}}, 1853 - Caloptéryx de Crimée, Caloptéryx de Colchide [hic 2006] - Crimée. - La bande alaire du {{ma}} est réduite à la manière de la sous-espèce type. Populations isolées.
 
* ''Calopteryx splendens tschaldirica'' Bartenev, 1909 - Calopteryx de Bartenev [hic 2006] - Arménie, Caucase ; nouvelle pour l'Iran (Schneider & al. 2018)
 
* ''Calopteryx splendens waterstoni'' Schneider, 1984 [5] - Caloptéryx de Turquie [hic 2006] - Turquie. - Les {{ma}} présentent une coloration alaire étendue depuis l'apex (parfois hyaline à cet endroit en particulier sur les ailes antérieures) jusqu'avant ou à proximité du nodus avec une bordure apicale relativement nette et droit, parfois arquée. Les {{fe}} semblent homéochromes.
 
Voir discussion sur les sous-espèces se trouvent en Asie, notamment en Turquie et dans le Caucase. [1]<br>
 
Nous avons été tentés un temps de traiter certaines de ces sous-espèces comme de bonnes espèces sur les bases des notes de Wasscher (1999) notamment (hic 2004) : ''Calopteryx ancilla, Calopteryx balcanica, Calopteryx intermedia'' et ''Calopteryx mingrelica''. Quant à ''[[Calopteryx cretensis]]'' nous persistons à croire que c'est une bonne espèce (hic 2018).<br>
 
''[[Calopteryx xanthostoma]]'' sera longtemps considéré comme une variété ou une sous-espèce de ''Calopteryx splendens'' [7].
 
 
 
=== Histoire Naturelle ===
 
Décrit depuis l'Angleterre par Harris en 1780.<br>
 
Région parisienne (de Fourcroy 1785) où elle est très commune (sous ''Libellula virgo'' ill. ''splendens'' ; de Tigny 1802), Italie, Toscane (sous ''Agrion virgo'' var. ß, Rossi 1790), France, Aix en Provence (sous ''Agrion virgo var.'' A, {{Fonscolombe}} 1838), Allemagne (sous ''Calopteryx parthenias'', Burmeister 1839). Dans toute l'Europe, même le Midi ({{Selys}} 1840). Commune vers Paris (Rambur 1842).<br>
 
Nous n'avons retenu ci-dessus que les mentions les plus correctes, néanmoins il faut attendre {{Selys}} (1850) pour que le concept de ''Calopteryx splendens'' soit pleinement correct (race septentrionale) (voir note [3] à ''[[Calopteryx virgo]]''), néanmoins ''[[Calopteryx xanthostoma]]'' (race méridionale) reste inclus et le restera longtemps [7]. La race septentrionale (''splendens'' véritables, hic 2018) se trouve en Scandinavie, en Angleterre, aux Pays Bas, en Belgique, dans le nord de la France et en Prusse. Il distingue et décrit des variétés intermédiaires qui pourrait correspondre à ''ancilla'' (Prusse ; y compris {{fe}} accidentelle décrite qui est de fait androchrome) ou ''caprai'' (Provence, Italie).
 
 
 
=== Répartition ===
 
Depuis l'Europe à l'Asie centrale, jusqu'en Chine. En expansion localement (Deliry 2017 et compléments).
 
 
 
En expansion nette dans le nord de son aire en Angleterre, notamment depuis les années 1990 (Parr 2010), néanmoins elle reste très rare en Ecosse. Ce taxon semble avoir disparu d'Algérie (Khelifa & al. 2011).
 
 
 
{{P|Calspleu.png}}
 
{{Mapeu}}
 
 
 
=== France ===
 
Cette espèce n'est pas menacée en France (Liste Rouge 2016). On trouve dans le pays essentiellement la sous-espèce type, ''caprai'' n'est réputée présente qu'en Corse, néanmoins dans le Bassin du Rhône et ailleurs on peut trouver des {{ma}} de coloration alaire ''caprai'' (Deliry & ''al.'' 2013). Occupe l'ensemble de la France où l'on rapporte de temps à autre des femelles homéochromes désignées sous la forme faivrei Lacroix, 1915. On trouve l'espèce aussi en Corse (rare) et elle tends à manquer dans le sud-ouest et dans les Alpes-Maritimes. On constatera avec Papazian (1995) qu'en Provence, l'espèce ne cohabite pas avec ''[[Calopteryx xanthostoma]]'' [7]. Ce phénomène nous semble assez généralisé en France (hic 2018).
 
 
 
{{Pv|Calsplfr.png}}
 
 
 
=== Rhône-Alpes ===
 
En Rhône-Alpes, la première citation de l'espèce remonte à 1899 et elle est commune. Elle présente une certaine tendance méridionale et montre de forte densistés sur la basse vallée du Rhône. C'est une espèce en expansion dans le nord de la région et notamment en Haute-Savoie alors qu'elle occupe la Cluse d'Annecy depuis les années 1990 et progresse dans les montagnes. Dans ce département, cette libellule était rare autrefois. En augmentation en Rhône-Alpes (Deliry & al. 2014).
 
 
 
{{Pv|Calsplra.jpg}}
 
 
 
=== Habitats ===
 
Généralement sous 800 m d'altitude en Europe centrale, mais égarée jusqu'à 1850 m dans les Hautes-Alpes, France (Greff & Marie 1996). Ruisseaux et rivières tempérées, eaux stagnantes avec circulations phréatiques (Deliry 2017). Cette espèce est assez mobile et les adultes se rencontre parfois loin de leurs gîtes larvaires.
 
 
 
Sur l'Allier l'espèce est abondante sur le chenal principal de la rivière, les bras secondaires et les affluents, mais beaucoup plus rare sur les fossés ou les ruisseaux ombragés. Elle recherche les chevelus racinaires (Lohr 2003).<br>
 
En Rhône-Alpes (Deliry 2008) l'espèce est présente entre 1/5 et 1/2 des stations dont l'habitat sont des sources, des ruisselets et des ruisseaux, des rivières vives, les suintements, les milieux artificiels ; espèce principale sur les cours d'eau calmes et les fossés alimentés.
 
 
 
{{P|Calspl6.jpg}}
 
Habitat larvaire typique - Varèze (Isère, France) 10 janvier 2004 - © C.Deliry
 
 
 
=== Phénologie ===
 
Pour l'Europe centrale, Robert (1958) donne les dates suivantes : (20 mai 1920) juin à août (17 septembre 1926). Vole de fin avril à début septembre, mais dans le nord de l'Europe essentiellement entre juin et début août (Askew 1988). La période d'avril à septembre est donnée par {{AG}} (1998).<br>
 
Vole de '''fin mars à octobre''' (Deliry 2017). Dans le nord essentiellement entre juin et début août et on ne le rencontre bien souvent pas avant mai en général. Des émergences ont été enregistrées en Ile de France jusqu'en août. Le graphique ci-dessous corresponds à la région Rhône-Alpes.<br>
 
 
 
{{P|Calspldates.png}}
 
 
 
Dans le centre de l'Europe Robert (1958) le signalait principalement de juin à aout. Parr (2010) montre clairement un changement dans la phénologie de l'espèce en Angleterre qui est progressivement plus précoce et à la fois plus tardive (graphes ci-dessous).
 
 
 
{{P|Calsplphe.png}}
 
 
 
=== Biologie ===
 
Le couple entreprends avant l’accouplement un vol nuptial complexe (Robert 1958, Zahner 1960). Les mâles se rassemblent en dortoirs nocturnes, alors que les femelles restent dispersées en général (Deliry 2017).<br>
 
De manière anecdotique nous noterons la "capture" massive de 131 individus sur 177 odonates, 12 individus sur une autres station, par ''[[Setaria verticillata]]'' ; ce sont essentiellement des {{fe}} qui sont piégées, chaque capture semblant engendrer de nouvelles captures car les autres individus de l'espèce sont alors attirés (photo ; Jourde 2000).
 
 
 
=== Illustrations ===
 
{{P|Calspl9.jpg}}
 
© Cyrille Deliry - France, Ain, Nievroz le 24 mai 2015
 
 
 
{{P|Calspl2.jpg}}
 
¢ Frantisek Sarzik - {{eol}}
 
 
 
{{P|Calspl3.jpg}}
 
{{by}} T.Bresson
 
 
 
{{P|Calspl4.jpg}}
 
© Gwénaël David - {{ma}} à tache alaire réduite (Rhône, France en 2015)
 
 
 
{{P|Calspl7.jpg}}
 
© Stéphane Pissavin
 
 
 
{{P|Calspl.jpg}}
 
Capturée par ''[[Misumena vatia]]'' - © Cyrille Deliry
 
 
 
{{P|Calspl10.jpg}}
 
© Cyrille Deliry - Drôme, Basse Vallée de l'Isère en septembre 2014 - {{ma}} avec tache alaire très réduite
 
 
 
{{P|Calspl8.jpg}}
 
Illustration précoce - Planche de Schaeffers (1766) représentant cette espèce, sans la nommer, on trouve une autre illustration dans l'ouvrage de Schaeffers (1779) antérieure à la description d'Harris (1780)
 
 
 
{{P|Calspl1.jpg}}
 
Planche d'Harris (1782) - La même planche a été éditée en 1780
 
 
 
=== {{NOT}} ===
 
'''[1]''' - La systématique de cette espèce est très complexe et les auteurs changent continuellement d'interprétation. Ainsi ''[[Calopteryx xanthostoma]]'' a-t-elle été distinguée relativement récemment de cette espèce. Cette dernière a les ailes plus effilés que ''Calopteryx splendens'' [7].
 
On doit considérer la présence de deux sous-espèces en France : sur le continent, le type ''Calopteryx splendens splendens'' (Harris, 1776) et en Corse, ''Calopteryx splendens caprai ''Conci, 1956. Cette dernière sous-espèce est aussi en Italie et des individus continentaux s'en approchent mais ne présentent pas de femelles homéochromes comme chez les authentiques ''caprai''. ''Calopteryx splendens balcanica'' <strike>Apfelbeck</strike>, 1930 a un fasciès de ''[[Calopteryx xanthostoma]]'' et présente de nombreuses femelles homéochromes dans ses populations. Elle est localisée à la Dalmatie et la Grèce. ''Calopteryx splendens ancilla'' Hagen, 1853 reste une forme énigmatique présente depuis l'Allemagne orientale et les Balkans à la Russie qui pourrait être confondue avec ''balcanica'', voire ''caprai''. Tous ces taxons présentent des mâles avec les ailes marquées jusqu'à proximité de l'apex, voire jusqu'à l'apex et une proportion significative de femelles homéochromes dans leurs populations. ''Calopteryx splendens mingrelica'' {{Selys}}, 1868 est aussi tout à fait similaire à ces taxons. On l'observe depuis la Grèce au Caucase et la Syrie. Alors que dire de ''Calopteryx splendens intermedia'' {{Selys}}, 1887, indiqué de la Turquie à l'Iran, nous ne lui trouvons guère de distinction avec les taxons précédents. Chez ce dernier les femelles sont entre totalement à majoritairement homéochromes.<br>
 
On trouve en Turquie et dans le secteur du Caucase, voire en Russie de nombreuses sous-espèces, ou du moins indiquées comme telles : ''amasina'' Bartenev, 1912, ''cartvelica'' Bartenev, 1930, ''ciscaucassica ''Bartenev, 1924, ''erevanensis'' (Akramovski, 1948), ''johenseni'' Belyschev, 1955, ''waterstoni'' Schneider, 1984. Elles sont toutes similaires à ''Calopteryx splendens ancilla'' avec quelques nuances détaillées.
 
De manière simplifiée nous pensons donc en conclusion que seul ''Calopteryx splendens ancilla'' Hagen, 1853 vient faire, avec diverses nuances, le pendant au type ''Calopteryx splendens splendens ''qui est présent en Europe occidentale et dans le sud de la Scandinavie (apex clairement hyalin, femelles hétérochromes). Des individus tels ''ancilla ''sont réguliers dans le bassin du Rhône et on pu être indiqués çà et là dans l'aire de répartition de ''[[Calopteryx xanthostoma]]'' en France. Nous pensons qu'en dehors du bassin rhodanien, il s'agit de cas d'hybridation de ''splendens'' avec ''[[Calopteryx xanthostoma|xanthostoma]]'' [7]. Par ailleurs il est possible que ''Calopteryx splendens taurica'' de Selys-Longchamps, 1853, isolée en Crimée, et aux colorations alaires réduites soit une bonne sous-espèce.<br>
 
* Nous pensons que la sous-espèce ''[[Calopteryx cretensis|Calopteryx splendens cretensis]]'' Pongracz, 1911 de Crète est une bonne espèce car ce taxon robuste serait en outre clairement distinct génétiquement (hic 2004).<br>
 
'''[2]''' - Il semble que la chronologie de publication des planches de Harris soit la suivante, les planches étant éditées 10 par 10 : pl.1-10 [1776], pl.11-20 [1778], pl.21-30, pl.31-40 et pl.41-50 [1780]. Les planches sur les Libellules dateraient donc de 1780.<br>
 
'''[3]''' - On trouve encore avec {{Selys}} (1850), mais vraisemblablement avec encore quelques confusions ''Calopteryx ludoviciana'' (''olim''), ''Calopteryx virgo'', ''Libellula uxor'' dans la collection de Thunberg, ''Xanthostoma virgo'' dans la collection d'Hansemann ainsi qu'en synonymie ''[[Calopteryx xanthostoma|Agrion xanthostoma]]'' {{Charpentier}} (1825, 1840) comme variété méridionale. Pour ce dernier taxon la situation perdurera longtemps [7]. On pourra détailler avec profit les synonymes en regard des sous espèces en consultant {{Ham}} (2016).<br>
 
'''[4]''' - ''Calopteryx splendens johanseni'' Belyshev, 1955 - N'est pas considérée comme une sous-espèce par {{Ham}} (2016) mais est mise en synonyme avec ''Calopteryx splendens ancilla''.<br>
 
'''[5]''' - ''Calopteryx splendens waterstoni'' Schneider, 1984 - Ce taxon a été décrit comme une bonne espèce sous ''Calopteryx waterstoni''.<br>
 
'''[6]''' - ''Calopteryx splendens ancilla'' Hagen ''in'' {{Selys}}, 1853 - Caloptéryx prussien - Ce taxon pourrait être regardé comme une bonne espèce (hic 2014), néanmoins nous nous rangeons à l'essentiel des auteurs qui n'en font qu'une sous espèce (hic 2017). Nous pensons que ''Calopteryx splendens ancilla var. balcanica'' <strike>Apfelbeck ''in''</strike> Fudakowski, 1930 [Décrit selon Apfelbeck ''in litt.''] n'est qu'une variété de cette sous-espèce (hic 2014). - Voir aussi ''[[Calopteryx orientalis]]''. - Nous pensons en outre que ''Calopteryx splendens mingrelica'' est aussi synonyme d<nowiki>'</nowiki>''ancilla'' (hic 2014). Ce taxon vient d'être rayé de la liste des espèces de l'Iran (Schneider & al. 2018).<br>
 
'''[7]''' - Nous pensons que l'hybride avec''[[Calopteryx xanthostoma]]'', plutôt rare, se caractérise par un éclaircissement à l'apex peu franc. Les ailes sont plus ou moins éfilées et le bleu est souvent plus intense sur celles-ci. On trouve de tels individus en limite d'aire entre les deux taxons (hic 2018).
 
 
 
=== {{REF}} ===
 
{{BdF1838}}
 
{{B1839}}
 
'''Deliry C. 1993''' - Variabilité des populations de Calopteryx en Savoie et en Isère (France) in Maibach 1. & Meier C. (Eds) 1993 - Bericht Champittet (6. Tagung der Schweizerischen Libellenkundler). - CSCF, Nouvelles, 6 : 21.<br>
 
{{Deliry2008}}
 
{{Hn26}}
 
{{Hn48}}
 
{{Hn49}}
 
{{dF1785}}
 
{{dT1802}}
 
{{dS1840}}
 
{{dS1850}}
 
{{dS1853}}
 
{{DeliryAl2013}}
 
{{Hn25}}
 
'''Greff N. & Marie A. 1996''' - Record d'altitude chez Calopteryx splendens (Harris, 1782) (Odonata, Zygoptera, Calopterygidae). - Martinia, 12 (1) : 24.<br>
 
{{Ham1997}}
 
'''Hämäläinen M. 2008''' - Calopteryx splendens (Harris, 1780). A note on the publication date of the description of the Banded Demoiselle. - Jounal of the British Dragonfly Society, 24 (1) : 19-23.<br>
 
{{Ham2016}}
 
{{H1780}}
 
'''Ioannidis P. & al. 2017''' - Genomic features of the damselfly Calopteryx splendens representing a sister clade to most insect orders. - Genome Biology and Evolution.<br>
 
'''Jourde 2000''' - {{AP}}<br>
 
'''Khelifa R. & al. 2011''' - L’odonatofaune (Insecta : Odonata) du bassin de la Seybouse en Algérie : intérêt pour la Biodiversité du Magrheb. - Rev. Ecol. (Terre Vie), 66.<br>
 
{{Lohr2003}}
 
{{Moffet1634}}
 
'''Papazian M. 1995''' - Etude systématique et biogéographique de Calopteryx splendens (Harris, 1782) en Provence (Odonata, Zygoptera). - Bull. Soc. ent. Fr., 100 (4) : 361-376.<br>
 
'''Parr A. 2010 '''- Monitoring of Odonata in Britain and possible insights into climate change. - Biodiversity and Ecosystem Risk Assessment, 5.<br>
 
{{R1842}}
 
{{Robert1958}}
 
{{Rossi1790}}
 
'''Schaeffers J.C. 1766''' - Elementa entomologica. - Regensburg.<br>
 
{{S1779}}
 
{{Sal2018}}
 
{{W1853}}
 
{{Wasscher1999}}
 
'''Zahner R. 1959''' - Uber die Bindung der Mitteleuropäeischen Calopteryx Arten (Odonata, Zygoptera) an den Lebensraum des strömenden Wassers. I. Der Anteil der Larven an der Biotopbindung. - Int. Revue ges. Hydrobiol. Hydrogr., 44 : 51-130.<br>
 
'''Zahner R. 1960''' - Uber die Bindung der Mitteleuropäeischen Calopteryx Arten (Odonata, Zygoptera) an den Lebensraum des strömenden Wassers. II. Der Anteil der Imagines an der Biotopbindung. - Int. Revue ges. Hydrobiol. Hydrogr., 45 : 101-123.<br>
 

Version du 28 août 2019 à 11:46

Demoiselles et Libellules du Monde entier
Accueil - Odonata - Zygoptera - Epiprocta - Genres - Espèces - Années - Pays - Thèmes
Espèces : A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


Libellules décrites en 1932

Travaux.jpg

[A préciser]

Coeliccia loringae Laidlaw, 1932

Références 1932

Navás L. 1932 - Névroptères et insectes voisins. Chine et pays environnants. Troisieme serie. - Notes Entomologie Chinoise, 8 : 1-11.