Boyeria irene

De World Odonata Web

Etoile.png

Demoiselles et Libellules du Monde entier

Accueil - Odonata - Zygoptera - Epiprocta - Genres - Espèces - Années - Pays - Thèmes
Espèces : A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


Boyeria irene (Boyer de Fonscolombe, 1838)

Aeschne paisible, Aeschne Irène [de Selys Longchamps 1840], Spectre paisible
Aeshna irene Boyer de Fonscolombe, 1838, Boyeria brachycerca Navás, 1919

Non menacée - LC 2018

Le genre Fonscolombia utilisé un temps pour cette espèce a été invalidé par McLachlan (1896) qui crée le genre Boyeria en remplacement. En effet il est préoccupé par Fonscolombia Lichstenstein, 1877 utilisé pour des Homoptères. D.Paulson (in litt., 2002) m’a fourni les informations permettant de résoudre cette question taxonomique.

Voir aussi Boyeria galicia nom proposé pour les populations du nord-est de la Péninsule Ibérique qui présentent une forte divergence génétique et quelques affinités avec des Boyeria d'Amérique du Nord.
On distingue deux formes : typica et brachycerca qui sont repérables tant sur les imagos que sur les exuvies.

Rambur (1842) l'a prise en 1827 vers Montpellier, France ; St Zacharie, Provence (Boyer de Fonscolombe 1838).
Sardaigne (Rambur 1842) et sous une forme spéciale sur l'Ile de Candie (Crète) (de Selys Longchamps 1850) qui corresponds en fait à Boyeria cretensis.


Afrique du Nord, bassin méditerranéen occidental, France, remonte jusqu'en Allemagne. En expansion dans le nord-est de la France et en Allemagne. Eaux courantes aux rives ombragées, jusqu'à 1320 m en Corse, et même 1900 m en Afrique du Nord. Parfois sur les grands lacs. Vole de juin à mi octobre. Réputée pour ses vols crépusculaires ou nocturnes [1] (Deliry 2017).

Frodo.png

France - En France sa répartition principale est méridionale, mais en expansion, elle monte désormais bien au nord, elle tends à manquer dans le nord et le nord-est, mais atteint la Normandie par ailleurs. Présente en Corse.

Boyire5.jpg
Planche originale de Boyer de Fonscolombe (1838)

Boyire6.jpg
©© byncsa - Cyrille Deliry - France, Aude - Histoires Naturelles

Boyire.jpg
© Laurent Valette

Boyire4.jpg
© O.E.Kosterin - Portugal le 4 juillet 2010

Boyire1.jpg
©© byncsa - Cyrille Deliry - Histoires Naturelles - Exuvie - France, Isère, rivière de la Varèze le 28 juillet 2004

Boyire2.jpg
©© byncsa - Cyrille Deliry - Histoires Naturelles - Larve - France, Isère, rivière de la Varèze le 7 février 2004 - Notons que les larves semblent pleinement développées ou presque lors de la fin de l’hiver précédent l’émergence

Boyire3.jpg
©© byncsa - Cyrille Deliry - France, Isère, rivière de la Varèze le 31 juillet 2010 - Histoires Naturelles


Boudot J.P. 1998 - Differences in male coulour patterns between Boyeria cretensis Peters, 1991 and B.irene (Fonscolombe, 1838) (Odonata : Aeshnidae). - Opusc. zool. flumin., 161 : 1-3.
Boyer de Fonscolombe E.L. 1838 - Monographie des Libellulines des environs d'Aix. Deuxième et troisième parties - Annales Société Entomologique France, 7 : 75-106 + 547-575.
de Charpentier T. 1840 - Libellulinae europaeae. - Leopold Voss, Lipsiae.
de Selys Longchamps E. 1840 - Monographie des Libellulidées d'Europe. - Roret, Paris ; Muquardt, Bruxelles.
de Selys Longchamps E. 1850 - Revue des Odonates ou Libellules d'Europe. - Bruxelles, Paris.
Deliry C. 2017 - Odonata Europaea. - Histoires Naturelles n°49.
Manach A. 1991 - Observation de Boyeria irene (Fonscolombe) dans le Finistère, ou de l'intérêt des sorties crépusculaires (Odonata : Aeshnidae). - Martinia, 7 (1) : 19-22.
McLachlan R. 1896 - On some Odonata of the Subfamily Aeschnina. - Annals and Magazine of Natural History, (6) 17.
Miller A.K. & Miller P.L. 1985 - Simultaneous occurrence of crepuscular feeding and sexual activity in Boyeria irene (Fonsc.) in southern France (Odonata, Aeshnidae). - Entomol. Mon. Mag, 121 : 123-124.
Rambur J. 1842 - Histoire naturelle des insectes. Névroptères. - Roret, Paris.
[A préciser]


[1] - Fait remarquable cette espèce crépusculaire a été capturée à plusieurs reprises dans des filets à chiroptères. Ainsi dans le département de la Drôme, 7 données concernent de telles captures, les Libellules y perdant souvent la tête (J.B.Bonin selon J.M.Faton, in litt.) ou 2 données du Cantal récoltées les 15 et 17 juillet 2000 par R.Legrand dans le cadre de l'enquête de la SFO Auvergne (selon B.Gilard, in litt.).