Enallagma cyathigerum

De World Odonata Web

Etoile.png

Demoiselles et Libellules du Monde entier

Accueil - Odonata - Zygoptera - Epiprocta - Genres - Espèces - Années - Pays - Thèmes
Espèces : A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


Enallagma aureum (Harris, 1780)

Enallagma cyathigerum (de Charpentier, 1840)

Agrion porte-coupe
Libellula aureus Harris, 1780 (nomen oblitum) [Syn. mineur], Agrion fusca Eversmann, 1836 (nec Vander Linden, 1820) [Syn. mineur], Agrion cyathigerum de Charpentier, 1840, Agrion charpentieri de Selys Longchamps, 1840, Agrion pulchrum Hagen, 1840 [2], Agrion elegantulum Zetterstedt, 1840 (partim) [Syn. mineur], Agrion hastulatum Rambur, 1842 (nec de Charpentier, 1825) [Syn. mineur], Agrion brunnea Evans, 1845, Aenallagma robustum de Selys Longchamps, 1875, Enallagma nigrothorax Le Roi, 1914, Enallagma ornatiformis Le Roi, 1914, Enallagma rotundatum Bartenev, 1929, Enallagma cyathigerum vernale Gloyd, 1943, Agrion antiquum Bartenev, 1956 (nec Pictet-Baraban & Hagen in Berendt, 1856) [3], Enallagma continentale Belyshev, 1956 [1], Enallagma risi Schmidt, 1961, Enallagma strouhali St. Quentin, 1962, Enallagma mongolicum Benedek, 1968, Enallagma possompesi Heymer, 1968, Enallagma nigrolineatum Belyshev & Haritonov, 1975
Voir aussi - [A préciser]

Non menacée - LC

Enacya.png
©© bysa - Göran Liljeberg, Hallvard Elven - Naturhistorisk museum, Universitetet i Oslo - Lien Internet

Les ♂ sont très polymorphes et les ♀ peuvent présenter différentes couleurs (bleu, jaunâtre, verdâtre, brunâtre). La taille des individus peut aussi beaucoup varier.

  • Enallagma cyathigerum cyathigerum (de Charpentier, 1840)
  • Enallagma cyathigerum antiquum (Bartenev, 1956 nec Pictet-Baraban & Hagen in Berendt, 1856)
  • Enallagma cyathigerum mongolicum Benedek, 1968
  • Enallagma cyathigerum risi Schmidt,1961
  • Enallagma cyathigerum rotundatum Bartenev, 1929 - Turquie.

Deux sous-espèces d'Enallagma cyathigerum était signalée en Amérique du Nord : annexum désormais considéré comme Enallagma annexum et la sous-espèce vernale qui devient Enallagma vernale.

Localement l’espèce montre d’importantes variations de taille, par exemple en Suisse vers Zurich (Kiauta & Kiauta 1986).

Pologne, Silésie (de Charpentier 1840).
Suède (Hagen 1840), Belgique (de Selys Longchamps 1840). Se trouve dans une grande partie de l'Europe, mais localement ; ajouter le Danemark, l'Allemagne (Hanovre, Bavière), l'Autriche, la Prusse, la Russie (St Pétersbourg), locale en Angleterre, commune localement en Ecosse, de plus en Irlande, France (dont vers Lyon selon E.Foudras), la Sardaigne et peut-être l'Espagne [?] (de Selys Longchamps 1850).


Paléarctique, très vaste répartition en Europe depuis au-delà du cercle arctique à la Méditerranée, localement en Afrique du Nord, nord de la Grèce et de la Turquie, jusqu'en Iran, réputée sur l'ensemble de l'Asie. On trouve Enallagma annexum  et Enallagma vernale en Amérique du Nord, récemment distinguée de cette espèce. Autochtone aux Shetland. Accidentelle en Crète (Deliry 2017). En augmentation localement en France, notamment en Rhône-Alpes (Deliry & al. 2014). Lacs et étangs avec une certaine surface d'eau libre. Essentiellement dans les milieux stagnants ou lents jusqu'à 2500 m d'altitude. Surtout en altitude dans le sud de son aire (Deliry 2017).
Notons que cette espèce présente notamment en Rhône-Alpes, une vaste amplitude altitudinale, commune tant en plaine qu'en altitude vers 2500 m.
Vole de fin avril à octobre, de juin à août les autres mois comme décembre ou février (l'hibernation peut être interrompue et on note alors des émergences anachroniques accidentelles) (Deliry 2017) ; de juin à août aux Shetland.

Robert (1958) détaille les dortoirs et la ponte de cette espèce [1].

Frodo.png

France - Paris, Angers, Lyon, nord (de Selys Longchamps 1850). Ensemble de la France, Corse comprise.

Enacya.jpg
©© byncsa - Cyrille Deliry - Histoires Naturelles

Enacya1.jpg
©© bysa - Mathias Krumbholz - ♀ - Wikimedia Commons

Enacya2.jpg
©© bysa - Noah Elhardt - Piégés par Drosera anglica - Wikimedia Commons


Bartenev A.N. 1929 - Neue Arten und Varietaten der Odonata des West-Kaukasus. - Zoologischer Anzeiger, 85 (3/4) : 54-68.
Bartenev A.N. 1956 - Materials on the odonate fauna (Insecta, Odonata) of the Far East. - Trudy Dal'nevostochnogo filiala Akademii Nauk USSR Zoology, 3 : 201-238.
Bechly G. 1996 - Fossil Odonates in Tertiary Amber. - Petalura, 2.<br< Benedek P. 1968 - Odonata. Ergebnisse der zoologischen Forschungen von Dr. Z. Kaszab in der Mongolei. - Reichenbachia, 11 (17) : 183-188.
Bridges C.A. 1994 - Catalogue of the family-group, genus-group and species-group names of the Odonata of the world (Third Edition). - Chez l'auteur, Urbana, Illinois.
de Charpentier T. 1840 - Libellulinae europaeae. - Leopold Voss, Lipsiae.
de Selys Longchamps E. 1840 - Sur trois nouvelles espèces du genre Agrion. - Revue Zoologique Société Cuviérienne, 3 : 213-215.
de Selys Longchamps E. 1850 - Revue des Odonates ou Libellules d'Europe. - Bruxelles, Paris.
de Selys Longchamps E. 1876 - Synopsis des Agrionines (suite de la 5eme Légion : Agrion). Le grand genre Agrion. - Bulletin de l'Académie royale des Sciences de Belgique, 41 : 247-322 + 496-539 + 1233-1309.
Deliry C. 1999 - Etude de trois agrionides de la région Rhône-Alpes-Dauphiné : Coenagrion puella, C. pulchellum, Enallagma cyathigerum. - Sympetrum.
Deliry C. 2017 - Odonata Europaea. - Histoires Naturelles, n°49.
Deliry C. & le Groupe Sympetrum 2014 - Liste Rouge des Odonates de Rhône-Alpes 2014. - Col. Concepts & Méthodes, Groupe Sympetrum, Histoires Naturelles, n°25.
Eversmann E.F. 1836 - Libellulinae, Wolgam fluvium inter et montes Uralenses observatae. - Bull. de la Soc. imp. des Naturalistes de Moscou, 8.
Hagen H.A. 1840 - Synonymia Libellularum Europaearum. - Regimontii Prussorum.
Kirby W.F. 1890 - A synonymic catalogue of Neuroptera Odonata or Dragonflies with an appendix of fossil species. - London.
Lavoie-Dornik J. & Pilon J.G. 1984 - Agencement cellulaire de la retinule larvaire et adulte d'Enallagma cyathigerum (Odonata: Coenagrionidae). - Vision chez les invertebres.
Rambur J. 1842 - Histoire naturelle des insectes. Névroptères. - Roret, Paris.
Robert P.A. 1958 - Les Libellules (Odonates). - Del. & Niestl., Neuchâtel, Paris : 364 pp.
Santos Quiros R. 1995 - Enallagma cyathigerum (Charpentier, 1840) et Sympetrum fonscolombii (Sélys, 1840) observés à la fin février dans le sud de l'Espagne (Odonata, Coenagrionidae, Libellulidae). - Martinia, 11(3) : 70-72.
[A préciser]


[1] - La nuit les ♂ (plus faciles à observer) s'appliquent à leur support dans les hautes herbes du voisinage. Le matin et par temps frais et humide, il se pose le long de la rive, le corps oblique comme les autres Agrions. Les ♂ quand il fait chaud, se fixent contre un roseau ou des tiges émergeant, le corps parfaitement horizontal ou faiblement incliné. Il vole de temps à autre en rasant l'eau léger et peu rapide et choisi un nouveau perchoir (Robert 1958).
Ponte généralement subaquatique. Les couples se forment vers midi et se posent sur des tiges verticales ou légèrement oblique émergeant. La copulation dure de 10 à 20 mn, puis la ♀ laisse retomber son abdomen. Si le couple ne trouve pas de végétaux pour pondre, le couple erre en tandem et se pose de temps à autre. Le ♂ a alors son abdomen arqué, la ♀ le tient droit. Si les matériaux abondent on assiste rapidement à la ponte. Deux genres de ponte sont observés. Le premier se fait sur des débris de Scirpes flottants : le couple reste ensemble et hors de l'eau, le ♂ souvent dressé sur le prothorax de la ♀. Le deuxième sur des tiges (florale) descendant dans l'eau : la ♀ pond d'abord au niveau de l'eau puis descend en marche arrière jusqu'à être totalement immergée. Le m sentant l'eau remonter sur son corps se détache et se positionne dans sa posture horizontale favorite. S'il n'a pas de support (la tige n'émergeant pas suffisamment), il se détache et survole la ♀ un moment, avant de se poser au plus près. Dans les deux situations, la ♀ libérée, se retourne et descend alors la tête la première, arquant son corps de façon à pondre du côté opposé à ses pattes, ainsi les oeufs sont cependant pondus la tête en haut. Cette manière de faire rappelle celle de Calopteryx splendens, son aisance sous l'eau est exceptionnelle. La ♀ ne craint pas de longs séjours sous l'eau et elle bat des records en ce domaine (jusqu'à 1h05 constatée, ressortie, l'individu replonge immédiatement pour une 40aine de mn supplémentaires). Elle peut descendre profondément et passe agilement d'une tige à une autre sous l'eau. Plus légère que l'eau, elle remonte d'elle-même et si elle rencontre un nouveau support lors de la remontée, elle reprend la ponte. Le premier type de ponte sur les Scirpes flottant sur l'eau, le deuxième sur les tiges de plantes descendant dans l'eau comme les Utriculaires, les Potamots et autres plantes (Robert 1958).


[2] - Voir note [1] dans l'article de Coenagrion armatum.
[3] - Bridges (1994) le propose comme synonyme de Coenagrion hylas ou Coenagrion johanssoni (sous Coenagrion concinnum). Ce n'est donc pas une espèce valide. Ce taxon n'existe pas dans Belyshev (1855) mais se trouve sous Agrion antiquum dans Bartenev, 1956 ! Bridges (1994) a dû réaliser une confusion. Nous avons aussi une espèce fossile (Ambre de la Baltique) nommée Agrion antiquum Pictet, 1848 qui de fait appartient au genre Platycnemis sous Platycnemis antiqua (Pictet, 1848) et qui a pu être nommé Coenagrion antiquum par Kirby (1890) (Bechly 1996). Ce signalement ne semble pas accompagné de description et la première description correcte semble être Platycnemis antiqua (Pictet-Baraban & Hagen in Berendt, 1856).