Libellula

De World Odonata Web

Demoiselles et Libellules du Monde entier
Accueil - Odonata - Zygoptera - Epiprocta - Genres - Espèces - Années - Pays - Thèmes
Espèces : A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


Libellula Linnaeus, 1758

Libellulidae

Genre fondateur des Odonates, forgé par Linnaeus dès la première édition de son Systema Naturae en 1735. En définitive ce nom est un diminutif de Libella - présenté par Rondelet vers 1555 -, un des noms utilisé à l'époque pour les Odonates et partagé avec le Requin-marteau (Libella marina) comparé à la larve de Zygoptères (Libella fluviatilis) qui présentent des ressemblances avec un niveau de charpentier ou "Libella". C'est Olivier qui en 1792 nomme ces Insectes en français sous le terme de Libellule.
Toutes les Libellules de Linnaeus (1758) sont sous le genre Libellula, diminutif de Libella, nom latin de ces Insectes à l'époque. Hoefnagel (1575) les présente comme des Mouches (Muscae). Aldrovando (1602) parle de Perla, nom d'origine française. Il semble que c'est l'auteur anglais Lister (1700) qui révèle le nom français de Demoiƒelle (ou Perle), Libella en latin en raison de leur vol horizontal. Il omet le nom anglais Dragonfly qui se trouve déjà chez Goedart (1685) et qui apparaît pour la première fois vers 1620.

Nommer les Libellules, historique ancien

Le premier nom français que nous ayons trouvé sur les Libellules est Perla - comme on dit communément - chez Aldrovande (1602) (voir Deliry 2014) ; on retrouve ce nom chez Goedart (1685) accompagné de Dragonfly. On trouve encore Mordella ou plus volontiers Demoiselles. Nous lisons avec Jean-Yves Cordier parmi ses Zoonomies des Odonates que la première fois que les Libellules sont évoquées dans un texte, c'est dans l'Epopée de Gilgamesh issue de la Mésopotamie (3000-2000 BC) sous le terme de Kulilu. Néanmoins quelques ambiguïtés subsistent avec de possibles Ephémères (La libellule à peine sortie de la lumière, entrevoit le soleil et atteint à son terme).
Lister (1700) dit que ces insectes se nomment en France Demoiƒelle ou Perle, en latin, Libella en raison de leur vol à l'horizontal. Il n'est pas fait état d'un nom anglais à l'époque, or celui-ci existe déjà vers 1620.
Libellula est un néologisme introduit par Linné en 1735 : c'est un diminutif de Libella, terme présent dans l'ouvrage de Goedart (1685) et de Ray (1710). - [A préciser]
Dans la première édition qui n'est composée que de tableaux et quelques commentaire du Systema Naturae de Linné (1735) le terme Libellula est déjà présent comme tel et attribué aux Perla et aux Virguncula. Sa seconde édition (1740) est plus détaillée, mais pas pour les Odonates. On y trouve Libellula associé au nom suédois Trollslanda. La troisième édition de 1740 encore, associe Jungfer, nom allemand à ce terme. La quatrième édition est publiée en latin à Paris (Linnaeus 1744). Elle n'apporte pas plus d'information mais associe cette fois Libellula au nom français Demoiselle. L'édition de 1748, la sixième est un peu plus développée et on peut reconnaître les Anisoptères, les Calopteryx et les Zygoptères sous trois descriptions de Libellula. La septième édition de la même année est tout à fait similaire. La huitième édition de 1753 ne comprends que des plantes et a été traduite depuis le suédois par Haartman [1]. La neuvième édition de 1756 reprends Libellula à côté de Demoiselle et les éléments des sixième et septième édition.
En 1843, de Selys Longchamps visite la collection de Linné à Londres et résout bien des questions de nomenclature (Selys 1850, p.256).

Linnaeus1758.jpg

La dixième édition (Linnaeus 1758) est l'édition officielle des débuts du système binominal pour les animaux. On y trouve sous les (IV) Neuroptera le genre (206) Libella [sic !] page 343 corrigé au genre (207) Libellula page 543.

Ce genre intègre alors toutes les espèces d'Odonates. On y trouve dans l'ordre les espèce suivantes :

Fabricius (1777) fait ce qu'on doit considérer comme la première description détaillée du genre. Quant à de Charpentier (1840), après Lister (1700), il semble être un des premiers à en faire une explication étymologique, soulignant que plusieurs auteurs s'accordent pour attribuer ce nom à Libella qui est un objet qui permet de mesurer les horizontales selon la position prise par les ailes de l'Insecte en vol.

Libella.jpg
Source online

Un splitage du genre depuis son origine

Le genre a été amplement splité depuis sa fondation et bien qu'il ne concerne plus qu'une grosse vingtaine d'espèce mérite encore quelques affinements. Nous avions il y a quelques années, notamment dès 2004, suivi les résultats de Carle & Kjer (2002) afin de préciser ce splitage. Nous reprenons ci-dessous de nouveau cette réflexion en ajustant quelques "erreurs de jeunesse". La base de l'arbre est revu et placé vers le point 89-99 pour le genre Holotania pour des raisons de bonne monophylie.

Liste des espèces du genre Libellula fin 2018 et propositions de nouveaux genres (2004, 2018)

Les véritables Libellula (3 espèces seulement) sont mises en caractères gras, elles se caractérisent par le fait qu'elles ne changent pas de couleur avec l'âge. Les espèces du genre Plathemis méritent d'être déplacées dans le genre prioritaire Platetrum. [Splitage à voir pour la WOL]


Carleskjer.png
Extrait de la fig.1 de Carle & Kjer (2002) incluant presque toutes les Libellula

Quelques représentations anciennes

Minoens.jpg
Anneau d'or du Minoen tardif découvert vers Knossos en Crète représentant deux Libellules

Honnecourt.jpg
Planche de Villard de Honnecourt (1201-1300) - Album de dessins et croquis.

Origine du nom anglais Dragonfly

Dragonfly.jpg

Il semblerait - sans certitude - que le nom soit issu du folklore roumain. Dans un conte populaire, le diable a transformé le cheval de St Georges en un insecte volant géant (Cheval de St Georges ou Cheval du diable). Le nom a basculé en Mouche du diable, selon le mot drac en roumain, nom aussi utilisé pour le dragon. La traduction en anglais devient Dragon Fly c'est à dire nos Libellules. Ce mot apparaît pour la première fois vers 1620.

Illustration - Dragon de St Georges et Dragonfly - Lovell Lectionary Angleterre (probablement Glastonbury) env. 1400-1410

Références

Aldrovando U. 1602 - De animalibus Insectis libro septem. - Bologne.
Byers C.F. 1927 - The nymph of Libellula incesta and a key for the separation of the known nymphs of the genus Libellula (Odonata). - Ent. News, 38 : 113-115.
Carle F.L. & Kjer K.M. 2002 - Phylogeny of Libellula Linnaeus (Odonata: Insecta). - Zootaxa, 87 : 1-18.
Deliry C. 2014 - Lecture libre du De animalibus Insectis d'Ulysse Aldrovando. - Histoires Naturelles, n°42.
Goedart J. 1685 - De insectis, in methodum redactus ; cum notularum. - Londini.
Hoefnagel J. 1575 - Animalia Rationalia et Insecta (Ignis). - Planches.
Linnaeus C. 1735 - Systema Naturae. 1ère édition. - Lugduni Batavorum.
Linnaeus C. 1740 - Systema Naturae. 2e édition. - Stockholmiae.
Linnaeus C. 1740 - Systema Naturae. 3e édition. - Halle.
Linnaeus C. 1744 - Systema Naturae. 4e édition. - Parisiis.
Linnaeus C. 1748 - Systema Naturae. 6e édition. - Stockholmiae.
Linnaeus C. 1748 - Systema Naturae. 7e édition. - Lipsae.
Linnaeus C. 1756 - Systema Naturae. 9e édition. - Lugduni Batavorum.
Linnaeus C. 1758 – Systema naturae. 10e édition. – Holmiae.
Lister M. 1700 - IV. Part of Monsieur Poupart's Letter to Dr Martin Lister, F. R. S. concerning the Insect Called Libella. - Philosophical Transaction of the Royal Soc. of London, 1700-1701.
Olivier M. 1792 - Encyclopédie méthodique, dictionnaire des Insectes. Tome 7, partie 2. - Paris.
Schmidt E. 1987 - Generic reclassification of some westpalearctic Odonata taxa in view of their Nearctic affinities (Anisoptera : Gomphidae, Libellulidae). - Adv. Odonatol., 3 : 135-145.
[A préciser]


[1] - La 8e édition est en fait un ouvrage traduit du suédois par Haartman. Il est le point de départ de la systématique binominale des Plantes ; année 1753. En réalité tous les végétaux décrits alors devraient être présentés sous Linnaeus in Haartman, 1753 ! - Haartman J.J. 1753 - Caroli Linnæi Indelning i Ö̈rt-Riket, efter Systema Naturae, på Swenska öfwersatt af Johan J. Haartman. – Stockholm.