Macromia splendens

De World Odonata Web

Etoile.png

Demoiselles et Libellules du Monde entier

Accueil - Odonata - Zygoptera - Epiprocta - Genres - Espèces - Années - Pays - Thèmes
Espèces : A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


Macromia splendida Pictet de la Rive in de Selys Longchamps, 1843

Macromia splendens (Pictet de la Rive & de Selys Longchamps, 1844)

Cordulie splendide, Macromie élégante [de Selys Longchamps 1850]
Cordulia splendida Pictet de la Rive in de Selys Longchamps, 1843 (nomen oblitum) [1], Cordulia splendens Pictet de la Rive & de Selys Longchamps, 1844 [1] [Tout à voir pour la WOL] et [A préciser]

Vulnérable - VU 2010

"Il s'agit a priori de la Macromia la mieux documentée au Monde" (Deliry 2014b).

Décrite par Pictet de la Rive sur une ♀ provenant de Montpellier (France) et fournie par A.Guignard en parallèle du ♂ et dans une note contigüe de de Selys Longchamps. Nous considérons en conséquence ici que c'est une double publication et une description collaborative de l'espèce à rapporter donc aux deux auteurs. France, vers Montpellier (Pictet de la Rive & de Selys Longchamps 1844). Auparavant - mai 1843 - Selys avait publié "maladroitement" une description sous Cordulia splendida ce qui fait que le véritable nom aurait dû être Macromia splendida (Pictet de la Rive in de Selys Longchamps, 1843) ; en définitive la description conservée par les auteurs date de 1844 et se trouve sous les deux noms : Pictet de la Rive et Selys. C'est Kirby (1890) qui date ce dernier travail de 1844.

France, Montpellier (de Selys Longchamps 1843).


Atlanto-méditerranéenne Franco-ibérique. Sud-ouest de la France et Péninsule ibérique [2]. En France elle affectionne les bassins de la Garonne, de l'Hérault et de l'Ardèche, mais a été découverte récemment très au nord sur l'Eyrieux en Ardèche. Mention erronée dans le Var. Réputée en déclin. Emergences indiquées jusqu'à 480 m d'altitude seulement, dans les parties calmes et vaseuses des grands cours d'eau avec des vasques profondes. Vole de juin à début août [3]. Développement larvaire probablement sur deux années (Deliry 2017).

Frodo.png

France - Montpellier (de Selys Longchamps 1843).


Aguesse P. 1968 - Les Odonates de l'Europe occidentale, du nord de l'Afrique et des Iles Atlantiques. - Masson, Faune de l'Europe et du Bassin méditerranéen, vol.6, Paris : 258 pp.
Aubin G. & Gaillard E. 2014 - Première preuve de l’autochtonie de Macromia splendens dans le bassin de l’Eyrieux (Ardèche) (Odonata : Macromiidae). - Martinia, 30 (1) : 29-34.
Castagnet J.B. & al. 2014 - Cartographie des sites d’émergence de la Cordulie splendide Macromia splendens (Pictet, 1843) et de la Cordulie à corps fin Oxygastra curtisii (Dale, 1834) dans les Gorges du Tarn (Lozère-48) : répartition, biologie et écologie. - PNAO, Alepe.
Chelmick D.G. & Mitchell P. 1996 - Macromia splendens (Pictet) in Portugal (Anisoptera: Corduliidae). - Notulae Odonatologicae, 4 : 121.
Cordero Rivera A. 2000 - Distribution, habitat requirements and conservation of Macromia splendens Pictet (Odonata : Corduliidae) in Galicia (Northwest Spain0. - Int. J. Odonatol., 3 (1) : 73-83.
Cordero Rivera A., Utzeri C. & Santolamazza Carbone S. 1999 - Emergence and adult behaviour of Macromia splendens (Pictet) in Galicia, Northwestern Spain (Ainsoptera : Corduliidae). - Odonatologica, 28 (4) : 333-342.
Cordero Rivera A. & al. 2010 - Macromia splendens in the Iberian peninsula: status and priorities for research. - In 1st European Congress on Odonatology, 2-5 July 2010 Vairão-Vila do Conde (Portugal).
Cordero Rivera A. & al. 2012 - Macromia splendens. In : VV.AA., Bases ecológicas preliminares para la conservación de las especies de interés comunitario en España: Invertebrados. Ministerio de Agricultura, Alimentación y Medio Ambiente. Madrid : 67 pp.
Coste A. 2011 - Etat des lieux des connaissances des populations de trois libellules d’intérêt communautaire en Midi‐Pyrénées : Macromia splendens, Oxygastra curtisii et Gomphus graslinii. - CEN Midi-Pyrénées. - PDF LINK
de Selys Longchamps E. 1843a - Note sur quelques libellules d'Europe. - Annls de la Soc. Entom. de France, 2e série, tome 1 : 107-109.
de Selys Longchamps E. 1843b - Description d'une nouvelle espèce de Névroptère du genre Cordulia découverte en France. - Revue Zoologique, revue mensuelle, mai 1843.
de Selys Longchamps E. 1850 - Revue des Odonates ou Libellules d'Europe. - Bruxelles, Paris.
Deliry C. 2014a - Le véritable nom de la Cordulie splendide. - Nature Life.
Deliry C. 2014b - Les espèces du genre Macromia Rambur, 1842 (Odonata : Macromiidae). Une compilation. - Histoires Naturelles n°35.
Deliry C. 2017 - Odonata Europaea. - Histoires Naturelles, n°49.
Dommanget J.L. 1980 - Vers une protection des odonates (libellules) de France. Un exemple: Macromia splendens Pictet. - Cahiers Liaison OPIE, 14 : 1-4.
Dommanget J.L. 1995 - Recherches étho-écologiques sur Macromia splendens dans les départements de I'Aveyron et du Tarn. - Bulletin de la Société entomologique de France, 100 : 535-537.
Dommanget J.L. 2001 - Etude de Macromia splendens (Pictet, 1843) dans la vallée du Tarn (Tarn, Aveyron) et statut national de l'espèce (Odonata, Anisoptera, Macromiidae). - [A préciser]
Grand D. 1988 - Confirmation de la présence dans le Gard (30) et l’Hérault (34) de Macromia splendens (Pictet, 1843)(Odonata, Anisoptera, Corduliidae). - Martinia, 4 : 97-101.
Grand D. 1989 - Sur les traces de Macromia splendens (Pictet, 1843) en France méditerranéenne (Odonata, Anisoptera : Corduliidae). - Martinia, 5 (3) : 59-63.
Grand D. 2002 - Sur la distribution de Macromia splendens (Pictet, 1843) en région méditerranéenne française : complément et synthèse. Actes des premières et secondes rencontres odonatologiques de France (Bonnevaux, 4-6 Août, 1990 - Oulches, 16-19 juin 1995. Martinia, numéro hors série, Novembre 2002.
Grassé P. 1930 - La Nymphe de Macromia splendens Pictet. - Annls Soc. Ent. Fr., 99 : 9-14.
Guenée A. 1870 - Rapport d'excursion entomologique faite dans les Montagnes de l'Ardèche et en particulier à Celles-les-Bains. - Annls Soc. ent. Fr., 10 (part suppl.) : 17-26.
Hagen H.A. 1863 - Bibliotheca entomologica. N-Z. - Leipzig.
Hentz J.L. & Bernier C. 2009 - Macromia splendens, une libellule remarquable dans le département du Gard. Synthèse des connaissances. - Gard Nature.
Jourdain P. 2004 - Découverte de Macromia splendens (Pictet, 1843) en Gironde (Odonata, Anisoptera, Macromiidae). - Martinia, 20 (4) : 194-196.
Jourde P. & Laluque O. 2006 - Comportement territorial et ponte en milieu lentique chez Macromia splendens (Pictet, 1843) dans le centre-ouest de la France (Odonata, Anisoptera, Macromiidae). - Martinia, 22 (4) : 187-190.
Kirby W.F. 1890 - A synonymic catalogue of Neuroptera Odonata or Dragonflies with an appendix of fossil species. - London
Leipelt K.G. & al. 1999 - Untersuchungen zur Habitatwahl der Larven von Macromia splendens (Pictet) (Anisoptera, Macromiidae). - Libellula, 18 (1-2) : 15-30.
Leipelt K.G. & Suhling F. 2005 - Larval biologie, Life cycle and Habitat requirements of Macromia splendens, revisited (Odonata : Macromiidae). - Intern. J. of Odonatologie, 8 (1) : 33-44.
Leroy T. 2007 - Un nouvel Odonate remarquable en Auvergne : Macromia splendens (Pictet, 1843) (Odonata, Anisoptera, Macromiidae). - Martinia, 23 (1) : 9-11.
Lieftinck M.A. 1965 - Macromia splendens (Pictet, 1843) in Europe, with notes on its habits, larva, and distribution (Odonata). - Tijdschr. Ent., 108 (2) : 41-59.
Maravalhas E. & al. 2011 - Notes on the distribution and biology of the Splendid Cruiser -Macromia splendens (Pictet, 1843)- in northern Portugal (Odonata: Macromididae). - Boletín de la SEA, 48 : 439-440.
Márquez-Rodríguez J. & Ferreira Romero M. 2008 - Contribución al conocimiento de la distribución ibérica de Macromia splendens (Pictet, 1843)(Odonata: Corduliidae). - Boletín de la Asociación Española de Entomología, 32 (3) : 371-374.
Morton K.J. 1925 - Macromia splendens at last : an account of dragon-fly hunting in France. - Entomologist's Monthly Magazine, 61 : 11-15.
Pictet de la Rive & de Selys Longchamps E. 1844 - [Cordulia splendens]. - Magazin de Zoologie, 2e série, 5e année, 1843<- : texte + pl.117. - PDF
Prud'homme E. & Suarez D. 2007 - Deux nouvelles espèces pour le département de la Charente : Epitheca bimaculata (Charpentier, 1825) et Macromia splendens (Pictet, 1843) (Odonata, Anisoptera, Corduliidae, Macromiidae). - Martinia, 23 (2) : 43.
Rousseau E. 1908-09 - Etude monographique des larves des Odonates d'Europe. - Annales de Biologie lacustre, Bruxelles, Tome III : 300-366.
Tiberghien G. 1985 - Macromia splendens (Pictet, 1843): additions faunistiques, biologiques, et récapitulation des principales données connues (Odon., Anisoptera, Corduliidae). - Bulletin de la Société entomologique de France, 90 (9-10) : 8-13.
Vanappelghem C. & Fernandez E. 2003 - Nouvelle localité pour Macromia splendens (Pictet, 1843) au Portugal (Odonata, Anisoptera, Macromiidae).
Van Helsdingen P.J. & Williemse M.C. 1998 - Background information on invertebrates of the Habitats Directive and the Bern Convention - Part II (Sauvegarde de la nature n° 80). - Conseil de l'Europe.


[1] - Le véritable nom de la Cordulie splendide - Au cours de la lecture de l'ouvrage de Kirby (1890) je découvre en janvier 2014, une étrange présentation de la Macromia splendens (voir Deliry 2014) :

Macsplendida.jpg

On y lit que le véritable nom de la Cordulie splendide devrait être Macromia splendida. Nous avons mené l'enquête et nous sommes procuré les articles présentés.

Le 3 mai 1843, Selys (1843a) annonce à la Société entomologique de France la découverte de la Cordulie splendide. On y découvre que l'espèce, une femelle, avait été remarqué par l'auteur au Museum de Genève en 1840 et qu'il avait encouragé Pictet de la Rive à la publier. Ce dernier a différé le projet faute d'informations sur le mâle. La description et la planche ce taxon paraîtra dans le Magazin de Zoologie dirigé par Guérin-Méneville accompagnée de celle du mâle préparée par de Selys Longchamps.

Macsplendida1.jpg

Daté de mai 1843, le texte ci-dessous est attribué à de Selys Longchamps (1843b) dans le sommaire. Il comprends une description de Pictet de la Rive nommée Cordulia splendida. Il s'agit d'une véritable description dont la publication est ici maladroitement anticipée. Chronologiquement il est probable que cette communication soit postérieure à celle du 3 mai 1843, néanmoins si les deux documents sont sortis en 1843, nous ne savons pas lequel a été publié en premier dans l'année. Ceci n'a d'ailleurs pas d'importance car seul le second comprends une description.

Macsplendida2.jpg

Bien que préparée et discutée en 1843, la description "officielle" de l'espèce paraît en 1844 dans un Magazin de Zoologie daté de 1843 sous la double écriture des auteurs (Pictet de la Rive & de Selys Longchamps 1844 - PDF).

Nous avons eu divers échanges avec D.Paulson et M.Schorr entre juin 2014 et octobre 2014 sur ce sujet, affinant peu à peu la situation. M.Schorr (in litt. du 14 octobre 2014) dit que la note de Selys de 1843 (b) rend simplement compte de l'enregistrement de l'espèce en France. Il ajoute la description de Pictet de la Rive avec une faute de frappe sous Cordulia splendida, ce n'est en aucun cas une description de l'espèce.

Fin 2018 et début 2019 nous avons simplifié l'argumentation et amélioré la présentation de ce sujet. Nous arrivons aux conclusions suivantes :

  • Cordulia splendida Pictet de la Rive in de Selys Longchamps, 1843 (nomen oblitum)
  • Cordulia splendens Pictet de la Rive & de Selys Longchamps, 1844

Elles sont parfaitement conformes à celles de Kirby (1890).

Macspl.jpg
Planche jointe à la présentation de Pictet de la Rive & de Selys Longchamps (1844)

[CD le 21 janvier 2019]


[2] - Jusqu'à une époque relativement récente l'espèce était particulièrement mal connue. Ainsi Aguesse (1968) ne connaissait la Cordulie splendide que de la région de Montpellier, du Lot et en Espagne et au Portugal avec une localité pour chacun de ces deux pays. Dans les faits l'espèce avait aussi signalée de Poitou-Charente et d'Ardèche au XIXe siècle. Ce n'est qu'à partir des années 1980, sous l'impulsion de J.L.Dommanget, puis celle de D.Grand, enfin celle des ardèchois, A.Ladet, C. et P. Juliand que les données ont commencé à se multiplier en France. Lieftinck (1965) avait fait un premier effort de connaissance et de synthèse. Entre temps les connaissances ont progressé dans la Péninsule ibérique et de manière très ponctuelle sur la façade atlantique française (Découverte sur la Dronne en Charente-Maritime en 2004). Après une période de relative stabilité des connaissances sur la répartition de nouveaux progrès sont effectués dans les années 2010 en France... on peut même penser à une progression de l'espèce. Ainsi de nouvelles populations sont découvertes dans la Vallée de l'Eyrieux au centre de l'Ardèche en 2013. Celles-ci confirmées par une équipe du Groupe Sympetrum en juillet 2014 se révèlent importantes. Enfin la mission post-ECOO en juillet 2014 découvre une très belle population dans le Haut Bassin de l'Aude. De fait cette population était connue par M.Vaslin depuis 2009 (www). Par contre les prospections plus au nord sur le Doux réalisées par R.Krieg-Jacquier et C.le Merrer en août 2014 se sont révélées pour l'heure négatives (Deliry 2014). De nouvelles prospections régulières sur l'Eyrieux confirment la pérennité et la bonne santé de cette population septentrionale, mais rien n'a encore été trouvé sur le Doux, habitats pourtant favorable.
[3] - En Rhône-Alpes (Ardèche), l’espèce vole de début juin à début août, optimum fin juin. Observée principalement en juin-juillet. Elle est indiquée selon d’autres sources de fin mai à mi août et au-delà. Une exuvie a été trouvée en Ardèche le 25 mai 1997. Pendant la période de maturation qui dure de 10 à 15 jours, les imagos s’éloignent des gites larvaires. Après cette période les mâles reviennent et tiennent un vaste territoire sur le cours d’eau. Les œufs éclosent environ 20 jours après la ponte. Elle passe l’hiver à l’état de jeune larve active, la première année. Développement larvaire probablement de deux (voire trois) ans. L’émergence se déroule tôt le matin et les exuvies peuvent être trouvées jusqu’à 3 ou 4 mètres au dessus de l’eau. L'émergence de l'espèce se déroule en fin de nuit. La femelle ne revient sur les habitats que pour pondre (Deliry 2014).