Ophiogomphus cecilia

De WOW
Aller à la navigationAller à la recherche
Erreur lors de la création de la miniature : Fichier manquant

Ecriture.jpg


Libellul'mE - Demoiselles et Libellules du Monde entier
Avertissement - Accueil - Odonata - Zygoptera - Epiprocta - Genres - Espèces - Années - Pays - Thèmes
Espèces : A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


Ophiogomphus cecilia (Geoffroy in de Fourcroy, 1785)

Gomphe serpentin [de Selys Longchamps 1840], Cécile
Libellula cecilia Geoffroy in de Fourcroy, 1785, Aeschna serpentina de Charpentier, 1825, Aeshna spectabilis Eversmann, 1841, Paradigma bucheckerii Buchecker, 1876 [A argumenter pour la WOL (Check up 2018-2019)], Ophiogomphus bellicosus Voronocovsky, 1909

Lc.png

Non menacée - LC 2009 (Stable)

An.II (Berne) - An.II et IV (Directive Habitats)

Erreur lors de la création de la miniature : Fichier manquant


©© bysa - Göran Liljeberg, Hallvard Elven - Naturhistorisk museum, Universitetet i Oslo - Lien Internet

France, Région parisienne (Geoffroy 1762 ; de Fourcroy 1785).
En Europe ; France, Bresse (de Villers 1789), Silésie, Pologne (de Charpentier 1825), Allemagne (Burmeister 1839), Russie (Eversmann 1841). C'est une espèce peu répandue et localisée ; ajouter l'Autriche, la Suisse et l'Italie (de Selys Longchamps 1850).


Essentiellement en Europe orientale, mais atteint la France au niveau du bassin de la Loire notamment. S'observe jusqu'en Sibérie centrale. Elle atteint les pays Scandinaves, l’Italie et la Turquie. Elle est en expansion en Europe centrale. Ruisseaux de montagne, eaux courantes de toute sorte aux rives sablonneuses [1]. Vole de juillet à août [2]. Développement larvaire en deux ou trois ans (Deliry 2017 et compléments).

Le cortège odonatologique accompagnant le Gomphe serpentin concerne parmi les espèces les plus caractérisées : Gomphus vulgatissimus, Stylurus flavipes ou Onychogomphus forcipatus sur les grands fleuves, ainsi que sur les habitats plus réduits Calopteryx splendens, Calopteryx virgo voire Cordulegaster boltonii.

Erreur lors de la création de la miniature : Fichier manquant

France - EN (2009)

Région parisienne (Cécile ; Geoffroy 1762), en Bresse (de Villers 1789).
Les principales populations actuelles se trouvent sur le cours de la Loire ou de l’Allier, ainsi que dans le nord des Vosges et accessoirement sur le cours du Rhin. Dans le Bassin du Rhône, si les mentions étaient ancienne, l’espèce a récemment été indiquée sur le Doubs (Dupont 2010), et sur le Rhône lui-même au niveau du nord du département de l’Isère. Quelques indications isolées restent mal expliquées car non renouvelées, comme sur le Bassin de la Seine (XIXe siècle) ou plus récemment en Crau, le secteur du Verdon, le département du Gard, etc. Une analyse de ces données particulières est en cours sous la coordination de R.Krieg-Jacquier.
Dans le cadre d’inventaires des Gomphes menés par la Société d’Histoire Naturelle d’Autun en 2003, 2004 et 2008 de nombreuses stations ont été repérées en Bourgogne sur les cours de l’Allier et de la Loire.
Pour la Franche-Comté, le Gomphe serpentin a été observé en 2005 dans la RN de l’Ile du Girard (F.Topin, com.).
Espèce considérée comme disparue de Haute-Normandie (Dupont 2010).
Höldin (2008) a réalisé une étude sur la biologie et la caractérisation de l’habitat de cette espèce dans le PNR des Vosges du Nord.

Ophcec.jpg
© O.E.Kosterin - Russie, vers Novosibirsk le 1er août 2006

Ophcec1.jpg
©© byncsa - G. Le Roux - INPN


Buchecker H. 1876 - Systema Entomologiae. Pars 1. Odonata (Fabric.) europ. - Munchen.
Burmeister H. 1839 - Handbuch der Entomologie. - Enslin, Berlin : Libellulina : 805-862.
de Charpentier T. 1825 - De Libellulinis europaeis In Horae entomologicae. - Wratislaviae.
de Fourcroy A.F. 1785 – Entomologia parisiensis. – Parisii.
de Selys Longchamps E. 1840 - Monographie des Libellulidées d'Europe. - Roret, Paris ; Muquardt, Bruxelles.
de Selys Longchamps E. 1850 - Revue des Odonates ou Libellules d'Europe. - Bruxelles, Paris.
de Villers C. 1789 - Caroli linnaei Entomologia fauna suecicae descriptionibus aucta. - Lugduni.
Deliry C. 2017 - Odonata Europaea. - Histoires Naturelles, n°49.
Dupont P. (coord.) 2010 – Plan national d’action en faveur des Odonates 2011-2015. – OPIE/SfO, Min. de l’Ecologie : 170 pp. – PDF LINK
Eversmann E. 1841 - Quaedam Insectorum Species Novae, in Rossia oriental observatae. - Bull. de la Soc. imp. des naturalises de Moscou, 1 : 351-360.
Geoffroy E.L. 1762 - Histoire abrégée des insectes qui se trouvent aux environs de Paris. - Paris.
Hardersen S. & Toni I. 2019 - Proposal for a time-based standard sampling method for the monitoring of Gomphus flavipes (Charpentier, 1825) and Ophiogomphus cecilia (Fourcroy, 1785) (Odonata : Gomphidae). - Fragmenta Entomologica, 51 (1) : 55-62.
Höldin P. 2008 – Etude des populations du Gomphe serpentin (Ophiogomphus cecilia) dans les cours d’eau du Parc Naturel Régional des Vosges du Nord. – Paris, ENGREF, AgroParisTech : 95 pp.
Sindaco R., Savoldelli P. & Bombonati D. 2018 - Le Libellule (Insecta : Odonata) di interesse comunitario in Piemonte : lo stato attuale delle conoscenze. - Rivista Piemontese di Storia Naturale, 39 : 373-388.
Vonwil G. 2006 - Ophiogomphus cecilia (Fourcroy, 1785). Gomphidae, Gomphe serpentin. - Fiche de protection, CSCF : 6 pp.
[A préciser]


[1] - Ce sont des cours d’eau de taille moyenne des plaines alluviales qui sont occupés principalement. Les habitats atteignent les contreforts des Vosges septentrionales et concernent alors des rivières de dimension modeste. Les larves se développent sur des fond sableux à proximité de plages de sable mêlées de graviers. Selon les endroits les eaux sont plus ou moins vives. Les Gomphe serpentin est réputéemonter jusque vers 1000 m d’altitude mais probablement pas en France (à préciser pour les Vosges). Les sites les plus étroits sont relativement ensoleilés. Lors des crues on constate une dérive des larves qui parfois terminent leur développement dans des milieux atypiques commes les boires déconnectées de la Loire. Les adultes semblent rester à proximité (quelques centaines de mêtres) des gîtes larvaires. La distance de 3,5 km a été enregistré pour les déplacements les plus lointains.
[2] - Les adultes volent de début juin à début novembre. Suivant l’émergence intervient une phase de maturation d’une à deux semaines. Le développement larvaire est de deux à quatre ans selon l’altitude. Les émergences n’étant pas synchronisées s’étalent selon les stations entre trois et sept semaines (Grand & Boudot 2006).