Angiospermes en Poitou-Charentes & Vendée

Liste des espècesAngiospermes de Niort

Orchidées


Dupont P. 2001Atlas floristique de la Loire-Atlantique et de la Vendée – Tome 2 – Cartes et commentaires. – Siloë, Nantes : 559 pp.

Champignons en Poitou-Charentes &Vendée

Entoloma ameides


Ge.re.pi. & Poitou-Charentes Nature 2019Liste Rouge du Poitou-Charentes : chapitre Champignons. – Fontaine-le-Comte. – ONLINE


Histoire résumée de Niort

Le secteur est peuplé dès le Néolithique dont on trouve la trace par des silex taillés.

Un village probablement est installé avant le Ier siècle au bord du Golfe Pictave. Un communauté gallo-romaine sera ensuite présente. Au VIe siècle la ville est fondée sur la voie Romaine menant de Nantes à Saintes au bord du Lac des deux corbeaux (Lacus Duorum Corvorum) ou Golfe Pictave aujourd’hui remplacé par le Marais Poitevin. C’est le « nouveau gué » ou Novum Ritum dont le port mène par quelques méandres à l’Atlantique.

Dès le Moyen Âge, une partie des marais est asséché. La ville est riche et foires et marchés sont développé au bord du port menant sur l’Atlantique. Elle est ceinturée de longs remparts et deux donjons jumeaux sont reconstruits au XIIe siècle puis réunis plus tard par un bâtiment central. La ville et le Poitou sont aux anglais et Duguesclin reprend la cité le 26 mars 1372.

©© byncsa – Cyrille Deliry – Histoires Naturelles

En 1436 le Poitou est rattaché à la couronne française. La ville connaît un essor exceptionnel et les halles couvertes sont parmi les plus grandes d’Europe ; le port commerce avec la Flandre et l’Espagne. Henri IV fait assécher le Marais Poitevin par les Hollandais spécialisés dans la technique des polders. Les guerres de religion ensanglantent la ville et elle passe des protestants aux catholiques tout en restant un important foyer protestant. Les villes de l’ouest se soulèvent et Richelieu fait tomber les places de Niort, Saint-Maixent, dernières citées sur la route de La Rochelle.

Avec Louis XIV au XVIIe siècle les dragonnades ruinent la région, les familles protestantes s’exilent, notamment au Canada et leurs biens sont saisis, les populations s’effondrent.

En 1807, Napoléon Ier prend un décret d’aménagement de la Sèvre niortaise de nouveau rendue navigable. C’est un acte définitif d’assèchement du Marais Poitevin.

Une importante industrie de chamoiserie et de ganterie perdurera jusqu’à la fin du XXe siècle.

De 1964 à 1972 les communes de Souché, Sainte-Pezenne, Saint-Florent et Saint-Liguaire fusionnent avec celle de Niort.

Réserve Naturelle du Pinail

Le Pinail (Vienne)

Gazette du Pinail n°21 (automne 2019) – ONLINE

La Réserve Naturelle du Pinail a été créée le 30 janvier 1980 sur la commune de Vouneuil sur Vienne (Vienne). Elle est pilotée par le Ge.re.pi. (Association de Gestion de la Réserve du Pinail) depuis 1989 et accompagnée par les Amis de la Réserve.

Elle est formée d’une vaste lande de 135 ha perforée de mares, façonnées autrefois par l’Homme. Les mares se sont formées suite à l’extraction de la meulière. Cette extraction est très ancienne puisqu’on en trouve trace au IXe siècle. Il s’agissait jusqu’à la fin du XIXe siècle d’une des principale carrière de France pour la meulière. Les meules étaient amenée à la Vienne, située en contrebas du site, d’où elles étaient embarquées sur des vaisseaux pour être vendue aux moulins des bords de Loire, sur la côte Atlantique et au-delà. Les coupes de bois intensive de l’environnement forment la lande (brande). La lande est actuellement maintenue par pâturage, coupe ou par brûlis dirigé.

Le site constitue donc une lande à Bruyère perforée de milliers de mares. On y trouve en outre des tourbières, des prairies humides, des pelouses sèches… en conséquence divers habitats à l’origine d’une faune et d’une flore diversifiée. On recense 6011 mares sur la Réserve, dont 3000 environ sont permanentes. Elles sont près de 20.000 sur la zone entière de l’ancienne carrière. Ces dernières ont des eaux oligotrophes acides de 1 à 4 m de profondeur. Leur composition floristique est variable. On y trouve des Characées, des Nénuphars, des Potamots, des Utriculaires, des Rubaniers, des Renoncules aquatiques… certaines mares ont leur cœur occupé par des Sphaignes et accueillent parfois des Rossolis (Drosera rotundifolia) , ou la Fougère de Marais (Thelypteris palustris) : ce sont des tourbières. Prairies humides ou pelouses sèches possèderont chacune leurs Orchidées spécifiques.

Avec 13 espèces d’Amphibiens ou 50 espèces de Libellules la diversité animale est exceptionnelle. Les Leucorrhines sont les Libellules emblématiques du sites avec Leucorrhinia caudalis ou Leucorrhinia pectoralis. On trouve encore un papillon remarquable avec Maculinea alcon ou Azuré des mouillères dont la chenille passe l’hiver dans une fourmilière et dont l’imago ponds sur les Gentianes pneumonanthes. Triton marbré (Triturus marmoratus) et Triton crêté (Triturus cristatus) s’y côtoient, s’hybrident et forment le fameux croisement qui est le Triton de Blasius.

La Fauvette pitchou commune sur le site (100-700 couples) est l’oiseau de la lande, le Campagnol amphibie le gardien des habitats humides.

414 espèces de Plantes vasculaires sont connues auxquelles s’ajoutent 70 Mousses et plus de 650 espèces de Champignons. Bien que menés depuis des années, les inventaires ne sont pas terminés et on découvre encore plusieurs dizaines d’espèces nouvelles chaque année, en particulier parmi les Champignons.

Le Plan de Gestion actuel, signé le 26 avril 2018, court jusqu’en 2027.

Le 24 octobre 2019, une réunion publique dans le cadre du projet de labellisation RAMSAR du Pinail a eu lieu. Elle est en faveur de cet objectif.

Les mares
©© byncsa – O.Roquinarc’h (MNHN) – INPN
La brande (ou lande)
©© byncsa – O.Roquinarc’h (MNHN) – INPN
shared – Structure typique de la brande et des mares de meulière
Photo aérienne – © IGN
Fauvette pitchou (Sylvia undata), hôte de la brande
©© byncnd – Ronald Werson – iNaturalist
Leucorrhine à large queue (Leucorrhinia caudalis), habitant des mares à meulière
©© bync- Benoit Guillon – Monde des Insectes
Traces de Campagnol amphibie (Arvicola sapidus), espèce des milieux aquatique
©© bysa – David Perez – Wikimedia commons

Quelques autres habitants du Pinail

Entoloma ameides
Planche du XIXe siècle

Tortue cistude, Agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale), Ecrevisse à pieds blancs (Austropotamobius pallipes), Rainette verte, Pélodyte ponctué, Engoulevent d’Europe (150-200 couples), Busard cendré, Busard St Martin, Gratiola officinalis, Pilularia globulifera, Spiranthes aestivalis… Entoloma ameides…

©© byncsa – Yannick Ledoré (FFAL)
Ecrevisse à pieds blancs (Austropotamobius pallipes) – INPN

  • Sellier Y., Bourdin L. & Granger M. 2017La Réserve Naturelle du Pinail. – Ge.re.pi.

Accueil

Le secteur du Poitou-Charentes & Vendée se trouve sur deux des nouvelles régions de la France : la Nouvelle Aquitaine et les Pays de la Loire.

On y trouve les départements de la Charente (16), la Charente-Maritime (17), des Deux-Sèvres (79), de la Vendée (85) et de la Vienne (86).

Je rédige ses pages depuis Niort (79)…

On associe régulièrement au Poitou, le département de la Vendée, ce que nous maintenons ici. Le Poitou-Charentes se compose de quatre départements : Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vienne. La façade Atlantique de la région s’ouvre sur le centre du Golfe de Gascogne au niveau d’un large plateau continental de près de 200 km. On y trouve plusieurs îles ouverture sur l’Océan et sa faune particulière : îles de Ré, d’Oléron, d’Aix et Madame auxquelles s’ajoute pour la Vendée les îl d’Yeu et de Noirmoutier. Si près de 70% de la surface de la région est à vocatioon agriocole, on trouve des forêts dont certaines sont importantes, des plages, des landes (brandes), des pelouses sèches, lacs ou complexes d’étangs. Sauf la forêt qui concerne 15% de la surface, les habitats supplémentaires tous groupés ne couvrent pas plus de 5% de la surface régionale. Néanmoins en partie pour des raisons géologiques ou historiques, les paysages sont diversifiés. On énumère 24 entités paysagères dans la région sans compter la Vendée qui comprends de manière résumé le Marais Breton, les Sables d’Olonne, le Bas Bocage, le Haut Bocage, la Plaine de Fontenay et le nord du Marais Poitevin.

Paysages de Vendée

CarObs (INPN)

Toute flore et toute faune en France : lien pour la saisie et le partage des données sur le site de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN).

Les sites Faune (Visionature)

Contribuer et partager ses observations naturalistes…

Il y a un site pour chaque département… et un site pour toute la France désormais… Nous renvoyons ici au site national (Faune France) qui permet toute saisie quel que soit le département dans le pays.

Références

  • Brugel E. (coord.) 2018Espèces animales déterminantes du Poitou-Charentes (2018). – Poitou-Charentes Nature. – PDF LINK
  • L’ORE 2013L’Environnement en Poitou-Charentes. Thème : Le Patrimoine Naturel. – PDF en ligne.

Liens externes